Un appel à la violence physique ? Un éloge de la peine de mort ?

Dans le fil de discussion « La guerre cognitive », un contributeur de Ronkozé a conclu un de ses commentaires par :

Il est temps de rétablir le crime de haute trahison et de restaurer tant le peloton d’exécution pour les militaires que la guillotine pour nos gouvernants égarés ; ça pourrait en aider bon nombre à retrouver leur orient.

Cet extrait a été signalé par un-e autre contributeur-contributrice de Ronkozé comme un « appel à la violence physique » or, comme chacun-e le sait, l’État a le monopole de la violence physique et cet « appel » pourrait donc s’assimiler à une insurrection contre l’État, ou du moins à quelque chose de punissable par la loi écrite par les parlementaires.

On peut également pousser le débat sur le thème de la peine de mort car « crime de haute trahison » et « crime contre l’humanité » méritent probablement une peine supérieure à la pose d’un bracelet électronique ou de la prison avec sursis.

En tant que modérateur du Cercle « Marre de la propagande », j’ai pris la décision de maintenir l’intégralité du commentaire. J’ai justifié ma décision de la façon suivante :

Je rappelle à [l’auteur du signalement] que le « crime de haute trahison » était prévu par la Constitution française jusqu’à ce que les politiciens corrompus aient peur que cela se retourne contre eux lorsqu’ils ont transféré les pouvoirs régaliens de la République française à l’Union Européenne (en 1992).

Le « crime contre l’humanité » existe encore et a été utilisé lors du fameux procès de Nuremberg pour condamner à mort plusieurs dignitaires nazis.

A mes yeux de non-juriste, ce qui se passe en ce moment mériterait que l’option « crime contre l’humanité » ou « crime de haute trahison » ou les deux puissent entrer dans la gamme des possibilités pour les défenseurs des victimes.

Je précise toutefois que je ne suis pas favorable à la peine de mort (abolie [en France] par Robert Badinter en 1981).

Si un accusé (un décideur politique ayant ordonné l’inoculation de masse d’un produit expérimental s’avérant causer des millions de morts en France d’ici deux ans, comme l’a annoncé le prix Nobel de médecine Luc Montagnier) venait à être reconnu coupable par un tribunal (pas franc-maçon bien entendu, plutôt un tribunal militaire ou populaire), je pense qu’il faudrait une peine à la hauteur de la trahison contre son peuple et contre l’humanité.

Cela pourrait être le sujet d’un fil de discussion : un débat sur la peine de mort.

Personnellement, j’y étais jadis favorable et c’est en débattant avec des contradicteurs que j’ai finalement changé d’avis voici 25-30 ans. Je préfère amplement la peine de prison jusqu’à ce que mort s’ensuive. Le double avantage c’est :

  • que la population extérieure est protégée définitivement de la menace que représente l’individu criminel
  • et qu’en cas d’erreur judiciaire, on peut toujours libérer la personne injustement condamnée, tandis qu’un mort …

Du coup, j’ouvre le débat.

Que pensez-vous de tout ça ?!

Merci Maître pour cette défense solide. Il s’avère que je suis l’auteur de la conclusion « signalée » et je confirme qu’il n’y avait, en effet, dans mon propos aucun appel à la violence physique, seulement un appel à une justice proportionnée à l’ampleur des crimes perpétrés par certains gouvernants.

C’est à l’institution judiciaire que j’en appelle afin qu’elle abatte son bras séculier avec la violence légitime que lui confère la Loi issue directement ou indirectement de la volonté peuple. Un RIC pourrait ouvrir la voie par exemple…

Pour ma part, j’ai toujours été contre la peine de mort et j’ai même réussi à convaincre ma grand-mère, avec l’argument de l’erreur judiciaire.

Mais ayant découvert que l’Eglise n’avait jamais été contre la peine de mort, je me suis dit que ça ouvrait là une certaine latitude de pensée et, tout en étant pas encore fixé dans mon point de vue, je dirais que je ne suis pas insensible au modèle de la démocratie athénienne dans laquelle les gouvernants savaient qu’ils risquaient la peine de mort s’ils n’étaient pas dans l’observance impeccable des lois au service de l’intérêt public.

Il me semble que si la peine de mort était rétablie pour les seuls gouvernants, cela pourrait aider à tenir les malfaisants à l’écart des sphères du pouvoir politique.

1 J'aime

En tout cas, ce qui se passe depuis 2019 (mais qui a été préparé depuis plusieurs décennies par les comploteurs) est tellement grave, énorme, que tous les massacres de masse dont l’humanité a été victime (les plus meurtriers décrits ci-dessous) paraîtront insignifiantes.

Si le site deagel.com disait vrai (depuis 2017) et si Luc Montagnier et d’autres disent vrai (espérance de vie des « vaccinés » anti-covid de l’ordre de 2 à 3 ans maximum), la France pourrait voir sa population chuter de 67 à 39 millions d’ici 2025.

Pour rendre les choses encore plus étranges, une déclaration sur la page de prévisions de Deagel prétendait apparemment que les mouvements de population sont dus au suicide et nous assure que l’organisation n’est pas « un marchand de mort ou de culte satanique »

Quelqu’un sera légitimement responsable de ce génocide « satanique » (j’ai écrit « légitimement » au lieu de « légalement » car les industries pharmaceutiques ont fait voter des lois aux parlementaires leur accordant l’immunité en cas d’effets secondaires graves).

Exemples de massacres de masse :

  • génocide des Amérindiens (estimé entre 20 et 100 millions de morts selon les chercherus)
  • Seconde Guerre mondiale (environ 50 millions de morts, chrétiens, musulmans, juifs et autres religions confondues)
  • Traite négrière (estimée à 42 millions en cumulant traite négrière africaine, traite négrière arabe et traite négrière européenne)
  • régime maoïste
  • régime stalinien
    etc.

Ces crimes de masse se mesurent en dizaines de millions de morts mais, si les terribles prévisions du site de renseignement militaire deagel.com se confirment, comme plusieurs médecins (parmi les plus hautes sommités) le pensent désormais, c’est en centaines voire en milliers de millions de morts qu’il faudra mesurer le résultat de ces injections mortifères.

1 J'aime

Je réponds à Jéronimo et à Lulo :
Eduquée par les idées de La Gauche française, très jeune , avec mai 68; j’ ai été contre la peine de mort .
Je me rends compte aujourd’hui que La Gauche m’ a menti et m’ a induite aussi vers des idées de valeurs inversées mais je suis une bonne pâte de résistante, j’ ai un cerveau et j’ ai questionné l’ influence de mes aînés .
J’ ai beaucoup de respect pour Laurent Mucchielli qui s’ assume être un intellectuel de Gauche, j’ assiste béate à son exécution dans la presse .
Qui a tué sera exécuté à son tour .
Avec tout ce que je découvre depuis 3 ans avec l’ affaire Jeffrey Epstein, je me prononce aujourd’hui POUR la peine de mort envers les pédocriminels et leurs réseaux …Je vous invite à lire " La pédocratie à la française; La chute des intouchables, du journaliste Jacques Thomet, ancien rédacteur de L’ AFP . Ce livre, c’ est 10 années d’ enquête.
Aucun média mainstream ne l’ a invité , il a galéré pour trouver une maison d’ éditions.
Il a publié aux éditions Faubert .
Et quand vous aurez lu le post face du psychiatre Gérard Lopez, directeur de l’ antenne victimologie nationale, vous comprendrez que cette engeance criminelle là mérite la peine de mort .

2 J'aime

Merci Kéti pour cet éclairage, clair, net et sans ambages ! J’adore !

1 J'aime

Je suis contre la peine de mort.

Très bien. Je vous rejoins @LE_Zive .

Mais quelle peine vous semble nécessaire/efficace pour protéger la société de criminels de guerre ou de violeurs-tueurs d’enfants, par exemple ?