Tu ne voteras point !

Alors qu’hier encore je réfléchissais à la question de savoir si je devais tenter de convaincre certains amis rétifs d’aller voter afin de maximiser les chances de débarquer Macron car je suis TSM radical (TSM= Tout Sauf Macron), voilà que je découvre aujourd’hui un article expliquant de manière « virile » et, je dirais même féroce, pourquoi il ne faut pas aller voter.
Jugez vous-mêmes :

« Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne disent rien. Ils n’espèrent rien. Mais du moins, ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait les révolutions pour conquérir ce droit… »
Octave Mirabeau, La grève des électeurs, 1888, Le Figaro

Je dois avouer que ce brutal bon sens a été une claque. Je me suis pris à douter. Cela a -t-il en effet du sens que je réfléchisse à la meilleure manière de voter pour débarquer Macron sachant que cinq ans plus tard je n’aurai qu’une idée en tête, débarquer son successeur vu qu’aucun des candidats présents ne me laisse espérer autre chose qu’une calamiteuse alternative au désastre qu’aura été Macron ?

Voter a-t-il encore un sens quand on en est systématiquement réduit à choisir la logique du moindre mal sans plus d’espoir que vienne un jour quelque bien ?

Le problème est, bien sûr, de savoir quel bien laisse espérer le fait de ne pas voter.
L’article que je suis en train d’évoquer est justement destiné à présenter un livre qui s’efforce de répondre à cette question (enfin, tel que je le suppose).

Je vous laisse découvrir ça, en espérant que cela vous intéressera et que, peut-être même, cela vous interpellera, notamment si, comme moi, vous pensez oeuvrer au plan des idées, au plan… intellectuel :wink: (cf. ci-dessous, la délicieuse citation de George Bernanos)

http://www.lasapiniere.info/archives/4234

« Nous n’assistons pas à la fin naturelle d’une grande civilisation humaine, mais à la naissance d’une civilisation inhumaine qui ne saurait s’établir que grâce à une vaste, à une immense, à une universelle stérilisation des hautes valeurs de la vie. […] Ceux qui m’ont déjà fait l’honneur de me lire savent que je n’ai pas l’habitude de désigner sous le nom d’imbéciles les ignorants ou les simples. Bien au contraire. L’expérience m’a depuis longtemps démontré que l’imbécile n’est jamais simple, et très rarement ignorant. L’intellectuel devrait donc nous être, par définition, suspect ? Certainement. […] L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire. […] La Civilisation des Machines est la civilisation des techniciens, et dans l’ordre de la Technique un imbécile peut parvenir aux plus hauts grades sans cesser d’être imbécile, à cela près qu’il est plus ou moins décoré. La Civilisation des Machines est la civilisation de la quantité opposée à celle de la qualité. Les imbéciles y dominent donc par le nombre, ils y sont le nombre. »
Georges Bernanos, La France contre les Robots, Plon, 1970

2 J'aime

De mon expérience.
De 2014 à 2017 j’ai participé à des cercles de discussion autour de la résignation à l’abstention. Puis, les GJ et l’impossibilité de la rue et des ronds points à imposer un avenir.
Très conscient que l’urne présidentielle ne diffère peut d’un urinoir, la perspective de se saisir de ces dernières miettes de démocratie pour redonner ne serais ce qu’une petite étincelle à l’implication du peuple ne peut être écarté.
Faisons ensemble le bilan, où sont les meilleurs (même minimes) perspectives?

3 J'aime

Pour des raisons idéologiques, je préconise l’abstention lorsqu’il s’agit de participer à une règle du jeu absurde. Selon moi, élire un représentant, c’est renoncer par principe à la démocratie. En des temps plus cléments, je pourrais revendiquer le principe suivant :

  1. Élection des meilleures idées
  2. Tirage au sort des personnes pour surveiller que les meilleures idées sont appliquées

Cependant, après l’énonciation de ce principe, je suis obligé de reconnaitre que l’élection présidentielle 2022 est cruciale pour espérer advenir « un monde vivable ». C’est maintenant ou jamais qu’il faut participer à ce jeu absurde et désigner celui qui accepterait de changer le jeu par l’établissement d’une constituante. Si vous ne comprenez pas pour qui il faut voter, décrypter les programmes et chercher la convocation pour une constituante (ça ne devrait pas être trop compliqué).

Pourquoi encore y croire ?

Parce que d’après mes dernières réflexions, la mafia étatique a encore du mal à tricher avec le mécanisme manuel et humain des bulletins papier à déposer dans une urne transparente après passage dans un isoloir. Il s’agit probablement de la dernière possibilité d’avoir une élection un tant soit peu crédible (et difficile à manipuler). La prochaine fois, avec les élections à distance et le vote électronique, c’est obligatoirement le tyran en place qui sera éternellement réélu.

Bref, je vais voter pour un représentant. Ça sera la dernière fois et dans l’espoir que cela serve à quelque chose. Si je pouvais convaincre un/e indécis/e, je ne m’y prendrais pas autrement. En tant que citoyen, c’est aujourd’hui notre dernière et ultime cartouche pour changer les choses de façon pacifique.

image

3 J'aime

Reste… !
C’est enlevé, un pertinent et insupportable constat fait en toute vérité, celle des mots auxquels on a redonné leur sens…
Au premier tour on choisit et au second on élimine…

1 J'aime

J’aime bien cette jeune femme, elle parle clair, il faut dégager Macron.
On est d’accord, je l’ai dit d’emblée, c’est ma position initiale.
Mais si on y arrive,
dans cinq ans (si on y arrive :wink: ),
on pensera peut-être pareillement qu’il FAUT ABSOLUMENT dégager… Le Pen ou Mélenchon qui nous auront trahis de mille manières épouvantables (parce qu’ils sont soumis aux lobbies sioniste, franc-maçon, etc.)
Pour ma part, j’étais déjà TSS (tout sauf Sarkozy), TSH (mais Hollande s’est éjecté lui-même avant qu’on ait le temps de dire ouf). Me v’là TSM et après, quoi ?
Donc la question se pose : peut-on attendre quoi que ce soit de ce système si on ne se donne pas les moyens de le changer selon nos règles ?
Et pour le changer, la première chose à faire ne serait-elle pas de le boycotter plutôt que de continuer à laisser croire qu’on y croit encore puisqu’on va voter ?

1 J'aime

Message reçu en privé que je joins au débat car il est éclairant :

Ce qu’a écrit ci-dessus le fondateur-administrateur du site Ronkozé est emblématique de la déception abyssale que j’ai vis-à-vis des gens qui m’ont semblé éveillés à l’époque des « gilets jaunes ».

Le texte commence bien à mes yeux puisqu’il préconise l’abstention étant donné que l’élection d’un représentant (sans mandat impératif), c’est un renoncement à la démocratie. Ce refus de l’élection est un des piliers de l’anarchisme politique.

Mais ensuite, il trahit cette idéologie en incitant non seulement à élire mais en plus à élire une caricature d’opposition contrôlée et de mensonges : Jean-Luc Mélenchon. Rappelons tout de même que cet homme est franc-maçon de la troisième génération (après son père et son grand-père), qu’il a été élu plus jeune sénateur de France à 35 ans, qu’il vit aux frais des contribuables depuis près de 40 ans, qu’il est le recordman des « erreurs de boutons » à l’Assemblée européenne (plus de 200 « erreurs » qui l’ont fait voter contre ce qu’il claironnait dans ses discours), etc. En plus d’être un menteur, c’est un faussaire. Quand il parle d’assemblée constituante (une idée plagiée sur Etienne Chouard), il galvaude l’idée de l’assemblée composée de citoyens tirés au sort. En fait, dès 2016, pendant la campagne électorale, Jean-Luc Mélenchon disait que cette assemblée constituante serait composée de 50% d’élus et de seulement 50% de tirés au sort. Et puis à l’approche du scrutin, en 2017, il a carrément retourné sa veste en disant que le % de tirés au sort serait déterminé par … l’élection. En gros, comme c’est une idée novatrice et déroutante pour les électeurs, on peut aisément parier que l’on aurait 98% d’élus et seulement 2% de tirés aux sorts.

Quant à la transparence de l’élection grâce aux urnes transparentes et aux bulletins en papier, je me pince pour ne pas rire ou pleurer. Quel bisounours d’oser écrire cela publiquement ! « Ce n’est pas ceux qui votent qui comptent, mais ceux qui comptent les votes » (disait Joseph Staline) ! En l’occurrence, en 2017, le comptage (la « consolidation » !) des votes a eu lieu sur des serveurs informatiques au Texas ! Et quand le Ministère de l’Intérieur a été interrogé sur cette bizarrerie par quelques courageux journalistes, on leur a répondu « secret défense ». Bref, l’élection 2017 a été largement truquée et il faut avoir du caca dans les yeux et dans le cerveau pour ne pas comprendre que toutes celles qui ont suivi et qui suivront le seront tout autant.

1 J'aime

Il y a 2300 ans, Aristote a écrit un bouquin intitulé « Les Politiques ». Il y comparait les différents modes de gouvernance d’une « polis » (cité). L’élection n’est pas associée à la démocratie mais à l’aristocratie. L’élection consiste à désigner les meilleurs (« aristos » en grec). Quant à la démocratie, elle s’exerce soit directement en assemblée générale avec tous les citoyens, soit avec une assemblée plus réduite de tirés au sort.

La France n’a jamais été une démocratie. Monarchie, oui, république oui, mais démocratie, jamais.

Le seul endroit institutionnel où j’ai pu voir un fonctionnement démocratique, c’est avec les jurys d’assises, c’est-à-dire avec des jurés tirés au sort dont la décision collégiale s’impose au juge professionnel. Existent-ils encore ou bien ont-ils été supprimés ?

L’autre endroit qu’il me faut citer, car cela m’a profondément ému, c’est lors des assemblées d’assemblées de « gilets jaunes ». J’ai cru voir renaître l’anarchisme politique le plus pur … avant que la sauvagerie du gouvernement, la propagande malfaisante des médias des milliardaires mais aussi le parti politique LFI avec ses sabotages et ses tentatives de récupération politicienne ne viennent tout gâcher.

Tout à fait !

Surtout quand on élit un représentant alors que, constitutionnellement, « le mandat impératif est nul » (article 27 de la Constitution de la Vème République). Cette interdiction du « mandat impératif » donne carte blanche à l’élu, y compris pour faire l’inverse de ce qu’il a promis de réaliser. Il n’a aucune obligation de respecter ses promesses. Cette règle perverse passe d’une constitution à l’autre depuis 1791 (alors que la France était une monarchie constitutionnelle).

Surtout quand, depuis 1992 (Traité de Maastricht), la République française a transmis ses pouvoirs régaliens à des entités supranationales :

  • « faire les lois » à la Commission Européenne,
  • « battre monnaie » à la Banque Centrale Européenne
  • « décider des guerres » à l’OTAN
  • « rendre justice » à la Cour de Justice Européenne.

Les élections sont une arnaque monumentale.

C’est une vulgaire marionnette. Probablement un produit MKUltra. Ce n’est pas un décideur. Ses maîtres l’ont qualifié de « communicant » (banquiers associés de Rothschild) ou de « bonne pute » (Alain Minc).

Coluche disait

Si voter servait à quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit.

1 J'aime

Afin de clore le sujet, voici l’éditorial du dernier numéro de Rivarol, le journal résistant à tout, qui date des années 50, mais qui va se faire débarquer des aides d’états sous la pression du lobby qui n’existe pas.
L’auteur attaque très fort et les anti-votes vont se régaler. Mais je n’ai pas tout lu.
Pas de souci, on ne perd jamais son temps à lire Jérôme Bourbon !

1 J'aime

A aucun moment l’hypothèse de la fraude n’est évoquée. Pourtant, ce serait une hypothèse recevable pour expliquer les scores des deux finalistes :

  • l’homme le plus détesté de France
  • et la femme politique qui s’était suicidée lors d’un débat télévisé en 2017.

Je retiens dans la conclusion de l’article le dilemme qui pèse désormais sur les épaules des nombres électeurs/sympathisants de Jean-Luc Mélenchon présents sur Ronkozé :

Ce sont indubitablement les électeurs de la France insoumise qui vont, par leur vote ou leur non-vote, leur sympathie ou leur antipathie, leurs aspirations ou leurs exécrations, donner la victoire à l’un ou à l’autre des finalistes.

1 J'aime

Mélenchon fait illusion mais à la fin de l’histoire il trahit toujours.
Il est la voiture balai du pouvoir.
Ce qu’on appelle l’opposition contrôlée : il gueule autant qu’il est permis mais à la fin il se soumet.
Rien à espérer de ce côté…
Tous ceux qui croient à l’étiquette « facho » sont des bisounours.
Ils feraient bien d’écouter Etienne Chouard…

1 J'aime

Oh comme tu as raison !

Mais que ce doit être dur psychologiquement pour nos amis de la LFI de se dire que le sort de l’élection présidentielle 2022 repose désormais sur leurs épaules :

  • s’ils écoutent leur chef (un franc-maçon qui trahit toujours ses électeurs à la fin), c’est le criminel de masse Emmanuel Macron qui sera réélu et qui accélèrera la mise en place du Great Reset : confiscation de la propriété privée (des terres pour commencer, qu’il faudra louer à vie) et injections obligatoires sous peine de perdre son travail et de ne plus avoir accès à son compte en banque,
  • s’ils désobéissent à leur chef, c’est le « grand-méchant-loup », « l’épouvantail » des médias Marine Le Pen, qui sera la marionnette domiciliée à l’Elysée pour les cinq années à venir.

A moins bien sûr que tout soit truqué de A à Z et que l’élection de Marine Le Pen fasse partie du plan « prophétisé » par Jacques Attali.

Avec Emmanuel Macron, je vois le génocide (euthanasie des anciens, puçage des travailleurs, stérilisation des jeunes) s’accélérer.

Avec Marine Le Pen, je devine des soulèvements « de couleur », selon une méthodologie bien connue, avec George Soros/la CIA/le Mossad aux commandes et peut-être une dictature militaire « pour notre bien », « pour nous protéger » de la guerre civile.

Rien de bien réjouissant …

Le tout sur une menace très sérieuse de guerre nucléaire mondiale puisque Vladimir Poutine a cassé le monopole du dollar sur le commerce du pétrole et du gaz. Et ça, les Rockefeller, Rothschild, Goldman Sachs et autres dynasties bancaires actionnaires de la Federal Reserve Bank depuis 1913 ne peuvent pas l’accepter.

2 J'aime

Rien à ajouter. Tu as très bien décrit le tableau.

ça paraît idiot, mais souvent, quand on est dans la poele à frire, on a qu’une envie, c’est de sauter, quitte à tomber dans le feu…

2 J'aime

Suite à ton dernier mél qui le mentionne, je publie ici le très intéressant article de Lordon qui mérite toujours d’être lu, pas forcément d’être suivi… :wink:
Je précise à tous que Lordon développe ici l’idée que le processus électoral lui-même une fraude (et pas qu’il y a eu fraude au 1er tour) :

Les solutions pour l’après ne me paraissent pas enthousiasmantes et n’augurent rien de bon. Des luttes atomisées finiront en poussières. Tant que des intellectuels comme Lordon seront « capables » de tout à la fois dénoncer l’inanité des catégorisations politiques (en montrant l’équivalence entre la « fasciste Le Pen » et le « fasciste » Macron) pour ensuite reconduire ces catégories gauche/droite qui font l’inanité même du processus électoral, on ne s’en sortira pas.

Bref, comme Mélenchon, Lordon, tout radical qu’il paraisse, fait partie du problème.

La solution c’est forcément une union sacrée, une union nationale. La gauche n’en est plus capable. Elle n’a plus cette lucidité qui a pu engendrer la Résistance. La nation, elle ne sait plus ce que c’est tellement elle est individualiste, internationaliste et libérale en même temps.

Lu à l’instant dans le dernier Rivarol, le journal en risque de disparition car dans le viseur du lobby qui n’existe pas.
Une explication limpide de la raison pour laquelle j’irai voter dimanche… :

"Et cette fois, Macron l’enchanteur ne pourra plus faire miroiter ses mirages comme en 2017, il a un bilan, et ce bilan est catastrophique. Accablant. Ce bilan lui interdit même de tenir le discours intimidant classique face à Marine Le Pen : vous n’avez pas l’expérience et vous êtes incompétente ! Car elle aura beau jeu de répondre : parmi les gens compétents qui ruinent la France depuis trente ans, vous aurez été le plus efficace, car vous la ruinez plus vite que les autres. La principale nouveauté de cette élection est que le failli se représente, un peu comme si Hollande s’était représenté en 2017 : il aurait focalisé sur lui toutes les rancœurs, toutes les haines, tous les mépris, il a eu le bon sens de disparaître, Macron ne l’a pas eu, et pour cela risque de perdre. C’est une situation inédite. A Marine Le Pen d’en profiter. J’ignore si elle en aura le talent et la chance. Mais je ne voudrais en aucun cas gâcher la probabilité la plus minime de nous débarrasser de Macron, même si, ensuite l’élection de Marine Le Pen n’offre qu’un espoir restreint de redresser les choses. Je pense à mes petits-enfants, plus tard. Ils viendraient me dire : Grand Père, vous avez eu en 2022 une chance sur un million de sauver la France, et tu as préféré aller à la pêche ? Je ne soutiendrais pas une pareille question. Je préfère qu’ils me disent, tu y as encore cru, décidément tu étais un peu naïf en politique. Une chance sur un million, cela ne se gâche pas. " Hannibal, n°3515, p12

1 J'aime

Merci pour le lien vers le dernier texte de Frédéric Lordon.
J’ai l’impression que tout n’est qu’impasse.

Ce qui m’inquiète le plus si c’est Macron qui est réélu, c’est le fait que plus jamais il n’y aura d’affaires comme Rothschild, McKinsey ou Pfizer, nous vivrons dans une autre réalité, celle formatée par les merdias et ses amis milliardaires. Hypnotisés pour toujours, dans le monde merveilleux de Netflix et des GAFAM. Bref, Matrix.

À te lire, j’ai l’impression que tu vas enfreindre ton propre précepte ce dimanche, non ?

Tu ne voteras point !

Finalement la pilule rouge, n’est-ce pas ?
Le saut ultime de la grenouille qui bout dans sa casserole depuis 5 ans.

image

1 J'aime

Bon j’écoute en direct le débat de l’entre-2-tours

Ça fait 30mn que j’écoute, Marine Le Pen est nulle, encore pire que celle de 2017.
C’est mort => Macron a gagné.

Quel gâchis que Mélenchon n’ait pas passé le cap du 1er tour, cela aurait été d’un tout autre niveau intellectuel. Je ne suis pas sûr d’écouter la fin tellement elle est à côté de la plaque. Elle ne boxe pas dans la même catégorie, il n’y a pas photo.

Je change d’avis, plus besoin de voter, c’est mort.
:nauseated_face:

Heureusement, ce n’était pas un précepte, seulement un titre provocateur.
Comme tu l’auras remarqué, j’étais hésitant, à peser le pour et le contre.

La citation de Rivarol explique pourquoi je vais voter : même s’il n’y a qu’une chance sur un million de se débarrasser de Macron, je voterai contre lui.

Le fait que son adversaire soit nulle n’entre pas en ligne de compte. Ce n’est pas une surprise et on a déjà élu des présidents nuls de chez nuls. L’important est que, quoi qu’il advienne, je puisse penser avoir fait ce qui était en mon pouvoir pour écarter Macron.

Comme dit l’adage, il n’est point besoin d’espérer pour entreprendre. Etre zen c’est faire ce qu’on a à faire, peu importe que le résultat nous donne satisfaction ou pas ; nous aurons déjà la satisfaction du devoir accompli.

Autrement dit, l’avenir n’est pas écrit et il faut se garder de la présomption de le connaître. Entre une peste bien réelle et un possible choléra, je choisis d’éliminer la peste. C’est aussi simple que cela ;-).

1 J'aime

Deux petites contributions à la réflexion :

  • un argument en faveur de l’hypothèse de fraude récurrente : un sondage réalisé en ligne par une citoyenne sur un échantillon de 1400 personnes qui montre que, contrairement à ce qu’affirment les sondages officiels, Emmanuel Macron n’aurait pas dépassé les 2% au premier tour de cette élection 2022 (exactement comme en 2017) et que Dupont-Aignan (le seul non-« vacciné » des douze candidats) avait raflé la mise :
  • et un argument pour étayer ce qu’@eccolulo a partagé d’Hannibal du journal Rivarol et qu’il appelle « une chance sur un million de sauver la France ». Je me permets de rappeler qu’il ne faut pas voter pour Marine Le Pen mais contre Emmanuel Macron.

1 J'aime

Je resterai prudent sur ce sondage artisanal car c’est quand même une science, on a facilement des biais d’échantillonnage.

Je pense que la fraude sera surtout dans les chiffres finaux. Cf. la vidéo de mon dernier post « Pas de sentiment ! etc. ». Il évoque ça avec d’autres hypothèse.

Merci pour le rappel du proverbe anglais. Tellement de circonstance !

Je le reconnais volontiers. D’ailleurs, le biais d’échantillonnage est multiple : être inscrit sur VK et participer volontairement à un sondage (au lieu d’être sollicité par des critères de CSP ou autres).

Là, j’appelle à la méfiance. Les statistiques sont une science, oui, mais les études d’experts scientifiques ont tendance à toujours donner raison à ceux qui les payent. L’exemple de l’article anti-hydroxychloroquine dans The Lancet restera un monument de fraude « scientifique ».

1 J'aime