Retour sur le documentaire Thrive : quelles propositions d'actions?

Après la restauration du statut de TOP-catégorie de Résistance & Actions Collectives, je souhaite souligner la pertinence du distinguo entre « discussion pour la discussion » et « discussion pour l’action » en revisionnant le documentaire Thrive que @pvincent à récemment soumis à la discussion dans la catégorie Thématique: Information & Média : Thrive : sur le complotisme, le conspirationisme et le Nouvel Ordre Mondial

Ce documentaire m’a en effet beaucoup frappé par la puissance et la justesse du tableau de domination mondiale par une élite financière et la… comment dire… pauvreté des solutions préconisées.

Il en ressort que le spectateur est tout à la fois enthousiaste en raison de la cohérence de la vision proposée (en dépit de certains aspects extrêmement abstraits comme la logique de fonctionnement du tore) et complètement désemparé par l’absence de pistes de « travail » sérieuses qui se distinguent de la soupe new age individualiste et non violente qu’on nous vend depuis des décennies pour nous faire tenir tranquille.

Je ne prône pas la violence (je suis objecteur de conscience) mais il est clair qu’il en faudra plus que ce prêchi-prêcha convenu pour changer la donne.
Autrement dit, il est probable qu’il manque ici une véritable réflexion pour l’action.
Justement celle qui est censée se tenir dans cette TOP-catégorie ! :slight_smile:

Voici le documentaire calé sur le moment où, après les nécessaires constats, les perspectives d’action sont envisagées. Je vous invite à bien apprécier à quel point tout cela est juste de la pensée magique nébuleuse et peu propice à susciter les changements espérés. Mais bon, je peux me tromper. A vous de juger… :

1 J'aime

C’est de plus en plus évident pour moi maintenant que l’apologie de la non-violence dans les médias de masse ne peut servir que les intérêts des puissants, qui sont déjà au pouvoir et qui s’y cramponnent sans hésiter une seconde à utiliser la force :

  • policière pour tenir leurs propres populations
  • et militaires pour piller les ressources des populations étrangères.

Je cite Bruno Guigue (professeur d’université à La Réunion) : « Une peuple désarmé sera toujours vaincu. »

J’insiste sur « peuple » parce que pour moi, le seul conflit réel c’est le peuple contre les dominants. Les rivalités entre dominants (par exemple « mondialistes » contre « souverainistes ») ne sont que des guerres de chefs et ne servent aucunement les intérêts des peuples (bien que l’on puisse légitimement craindre que les mondialistes soient de pires gouvernants que les souverainistes - plus on a de pouvoir, plus on risque d’abuser de son pouvoir).

Conseil de lecture : http://justemonopinion-jeronimo.blogspot.com/2018/09/comment-la-non-violence-protege-letat.html

Je reprends les « solutions » proposées entre 1h57 et 2h01.

Je résume le processus décrit en trois étapes :

  1. Apporter un maximum d’intégrité au système existant (division par deux du budget militaire américain et suppression de la Réserve fédérale libérant 1000 milliards de $ par an pour résoudre tous les problèmes d’alimentation et les problèmes sociaux).
    Remarque : Le narrateur appelle ça l’aspect « libéral, démocrate » (probablement en faisant référence au Parti Démocrate).

  2. Restreindre le rôle des gouvernements dans la protection des libertés individuelles et la gestion des éléments que nous partageons (comme les écosystèmes)
    Remarque : Le narrateur appelle ça l’aspect « conservateur » (probablement en faisant référence au Parti Républicain).

  3. Il n’existe aucune taxe obligatoire, il n’existe aucun monopole du pouvoir. Il existe des règles mais pas de souverain.
    Remarque : Le narrateur ne nomme pas ce type de société et pourtant cela porte un nom : l’anarchie.

S’en suit un long discours sur les énergies, sur le tore (!?) et l’aïkido, et en prônant la non-violence. Mmm …

Pourtant, à 2h06, il dit que dans le passé, les peuples ont combattu pour la liberté, contre la tyrannie.

La dernière intervenante dit qu’il faut éveiller et que quand un maximum de personnes aura pris conscience, les dominants ne pourront plus résister.

C’est pour cela que les dominants contrôlent les médias : pour façonner l’opinion.
Et qu’ils contrôlent les pouvoirs exécutif et judiciaire, pour réprimer et punir ; sans oublier le pouvoir législatif pour imposer à l’immense majorité les lois (la volonté) de la minorité.

Concrètement, je n’ai retenu comme solution que « il faut conscientiser » … ce qui peut prendre des générations et des générations.

1 J'aime

Merci pour ce compte-rendu.

Il me semble que cela rend assez évident la pensée magique qui est ici à l’oeuvre.

C’est du yaka focon version super light, du rêve éveillé.

C’est presque décourageant de voir qu’une analyse pertinente ne puisse donner que des fruits aussi verts (pas mûrs avant des générations, en effet).

La suppression de la Réserve Fédérale ne peut quasiment rien en soi. C’est juste un cartel de banques parmi d’autres. Ce qu’il faut c’est que les nations retrouvent intégralement leur souveraineté monétaire et soit donc seules à pouvoir créer l’argent. Les banques ne devront prêter que l’argent dont elle dispose. Bref, c’est le pouvoir financier dans son ensemble qui est à décapiter ou à rendre obsolète.
D’où l’importance cruciale de la monnaie !

1 J'aime

Créée en 1913, la « Federal Reserve Bank » est le fruit d’un véritable complot (on devrait en faire un film !) issue de la corruption du candidat futur président Woodrow Wilson et de plusieurs membres du Congrès par les plus riches familles de banquiers des États-Unis et d’Europe. C’est la banque la plus importante depuis un siècle car elle émet le dollar US et c’est exclusivement avec cette monnaie que :

  • sont effectuées les achats-ventes d’hydrocarbures dans le monde
  • sont payées les dépenses militaires états-uniennes (pour un budget colossal de l’ordre de 700-800 milliards de $ par an) … d’où les liens étroits avec le complexe militaro-industriel et la CIA (la CIA cherche des ennemis, quitte à les fabriquer de toutes pièces, et l’armée va les détruire, permettant aux industriels américains d’obtenir ensuite de nouveaux marchés très rentables).

La suppression d’une telle banque (qui est un consortium de banques privées) serait symboliquement énorme.

Mais tu as raison : tant que les banques privées (regroupées comme dans la FED, ou isolées) seront autorisés par les gouvernements publics à créer ex nihilo de la monnaie, cela ne changera pas la domination des banques sur le fonctionnement de l’économie (monnaie = unité d’échange commercial) et de la politique (corruption des élus par financement des coûteuses campagnes électorales).

En France, deux statuts existent :

  • établissement financier
  • et établissement bancaire.

Les entreprises correspondant au premier statut ne peuvent prêter que la monnaie qu’elles ont.
Celles correspondant au deuxième statut juridique sont autorisées à créer la monnaie. Et ce sont elles qui créent 97-98% de toute la monnaie en circulation. Elles devraient être interdites, tout simplement.

Mais comment faire pour arriver à la fermeture de la FED et, par extension, à l’interdiction de la monnaie créée par des privés ?

L’élection (puisque c’est une décision politique, finalement) ?
Ne rêvons pas trop. Une élection coûte cher. Et ce sont les banques privées qui avancent la monnaie nécessaire (et en plus, ce sont les contribuables qui leur remboursent ces fonds avancés ! Quelle arnaque !).

Alors ? Quoi d’autre ?
La révolution ? Mais les banques enverront d’abord la police puis, au besoin, l’armée (toutes deux commandées par les pantins élus).

Est-ce qu’il faudrait :

  • la masse d’éveillés (unie autour de cette cause commune) ?
  • ou, plus précisément, la masse d’éveillés armés pour se défendre contre les représailles ?

Je m’interroge personnellement.
Je pose la question à celles et ceux qui veulent bien réfléchir à haute voix…

J’ai commencé lentement à comprendre que la voie de la non-violence n’est pas forcément la voie royale.
Mais je doute fort d’en venir à défendre une levée d’armes.
Je ne jette pas la pierre aux libertariens étasuniens et je suis même de leur côté (c’est con pour un objecteur de conscience ;-)) lorsqu’ils se font attaquer par toute la bienpensance politiquement correcte (dont les criminels et diaboliques Clinton).

Pour autant, puisque tu poses la question de ce qu’il faudrait, je continue de penser que, disons, à la louche, cinq millions de signataires d’une cybermanif pour le 100% monnaie (cad, pas de réserve fractionnaire, donc pas de création monétaire par les banques, seulement par le pouvoir représentant du peuple) obligerait le pouvoir à remettre la question sur la table et à l’adopter avant ou après les élections suivantes.
Mais où trouver cinq millions d’éveillés informés et lucides sur la question de la création monétaire ? Quel boulot ?
C’est là où les promoteurs de monnaies locales ou libres ont raison : la plupart des gens ne sont plus capables d’abstractions, il ne comprennent que dans l’acte, par l’exemple. Donc il faut du pratique.

Là où ils ont tort, à mes yeux, pour ce que j’en comprends, c’est qu’il n’y a pas de raccourci pour créer une monnaie locale indépendante et viable : il faut l’inscrire dans l’économie locale ET l’adosser à un pouvoir politique REELLEMENT indépendant.
Nous n’en disposons pas.

Et ils sont où les membres du Conseil Citoyen Consultatif de la Réunion ?

Quelqu’un en connaît un au moins ?

Eux, ils seraient en position d’initier quelque chose… s’ils se donnaient les moyens d’exister en l’ouvrant un peu (je me trompe ou on ne les a pas du tout entendu durant la crise COVID 19 alors qu’il y avait matière et terriblement besoin de mettre le pouvoir face à ses contradictions ?)

Cela existe encore ? J’étais persuadé que la supercherie avait été tellement énorme et rejetée par les « gilets jaunes » réunionnais que même Didier Robert et la Région avaient eux-mêmes renoncé à la mascarade (qui avait un coût tout de même puisqu’il fallait donner des compensations financières aux membres et payer des frais de fonctionnement).

Moi j’étais pour.
S’ils s’étaient autorisés à prendre la parole, ils auraient été immédiatement en position de légitimité.
Je trouve ça dommage si tout est parti à vau l’eau

Les « gilets jaunes » étaient plus ambitieux avec le RIC car ils voulaient être décisionnaires, pas simplement consultatifs. D’où le rejet. Mais c’est vrai que certains se contentaient de ce tout petit pas.

J’étais du Comité Est qui s’est crée à Saint Benoît lors de l’atelier citoyen.
Il y a eu, c’est vrai un énorme quiproquo car la Région nous a d’entrée donnée carte blanche en oubliant d’insister sur le caractère consultatif.
Tout notre réflexion et notre demande a porté sur la volonté de pouvoir pour le peuple.
Donc c’est clair que nous avons été « douché » quand on est revenu au pur consultatif.

Mais moi je m’en contentai car souvent, le pouvoir vient du pouvoir de changer les représentations.
Un comité consultatif peut inviter un préfet, un directeur de l’ARS à s’expliquer sur les incohérences de la politique sanitaire afin de faire des propositions à l’assemblée régionale…

Dès lors qu’il y a un minimum de publicité faite au CCC, dès lors qu’il a surtout un lieu d’où parler (blog etc.) c’est un ENORME pouvoir car c’est la vox populi. Et selon l’adage bien connu, c’est la vox dei ;-).

Personnellement, j’avais ressenti que les deux « strapotins » (sans droit de vote) offerts aux « gilets jaunes » dans les différents conseils décisionnaires étaient l’affirmation du pouvoir de ne rien vouloir lâcher, même pas une miette. Juste une illusion/manipulation pour calmer les gueux.

Non, je t’assure, il y avait un réel pouvoir d’éveil des consciences simplement par l’attention portée à des questions qu’on aurait voulu voir disparaître sous le tapis et pour lesquelles des audiences auraient pu être organisées avec invitation/convocation des responsables et autres experts.
Il y avait matière à faire de belles choses… mais pas celui de lancer des RIC comme on a pu le croire un moment…:wink:

Voulais-tu écrire « même celui de lancer des RIC » ou « mais pas celui de lancer des RIC » ?

1 J'aime

Oui, bravo et merci, mes doigts ont pris un raccourci. Je corrige de suite…

1 J'aime