Réflexions documentées sur le covid-19

La Covid-19

C’est un sujet polémique car informations et désinformations y vont bon train sur les réseaux sociaux, dans la presse écrite, à la radio et sur les plateaux de télévision. Pour quelles raisons ?

Le flou plus ou moins entretenu par les pouvoirs publics, les organismes nationanux et internationaux de santé publique, les médias et la presse scientifique permettent encore aujourd’hui de tenir les populations dans un état d’obéissance aveugle aux décisions qui sont prises pour lutter contre la Covid-19. C’est donc un déni de démocratie qui pèse sur le bon fonctionnement des sociétés et rend hautement explosive la sortie de crise.

Est-ce la mise en évidence des fragilités de nos systèmes de santé dont il faut tirer des leçons en terme de préparation, d’organisation et de contrôle pour l’avenir ?

Est-ce la volonté délibérée d’une oligarchie d’imposer un vaccin en s’appuyant sur l’émergence d’une pandémie réelle ou provoquée ?

Chercherait-on à établir un gouvernement mondial passant par la reconstruction du sytème monétaire international ?

Peut-on tout simplement questionner les faits sans être conspirationniste ou complotiste ?

1- Un virus à l’origine incertaine

Ce virus serait apparu en Chine après que des gens aurait consommé du pangolin ou de la chauve-souris

La thèse de cette zoonose dont l’ADN aurait été manipulé pour attaquer plus facilement une cellule humaine n’est pas à exclure (thèse du professeur Montagné et de l’ancienne directrice de l’Inserm)

Enfin, la thèse de l’origine américaine pourrait aussi être envisagée (jeux mondiaux militaires en Chine en octobre 2017)

2- Evaluation du risque sanitaire

Une sous-évaluation du risque aurait conduit les Etats à prendre des mesures diamétralement opposées. La Suède choisissant l’immunisation collective alors que de nombreux autres pays choisissent de confiner leurs populations pour ralentir la propagation du virus.

Une évaluation du risque également compliquée par l’interdiction de faire des autopsies sur les premières personnes décédées “du Covd-19” en Italie. Pourquoi cette interdiction ? Mystère !!!

3- Des gouvernants se fiant aux scientifiques pour élaborer une stratégie

Le confinement était-il une décision idéologique, politique ou sanitaire ? (cas de la Suède qui n’a pas confiné sa population)

En France, les tergiversations autour du “masque”, le manque de discernement sur le bon usage de l’hydroxichloroquine associée ou pas à un antibiotique ont conduit à une surenchère médiatique, à des déclarations tapageuses visant à décrédibiliser le travail effectué par certains scientifiques de renommée internationale (polémique autour des travaux de l’équipe du professeur Raoult à l’IHU de Marseille ou encore la polémique soulevée par les analyses du professeur Péronne ou celles du professeur Montagné)

Lors de son audition devant les parlementaires , le professeur Raoult soulignera le poids des lobbies et l’impact des conflits d’intérêt sur les décisions prises par les autorités sanitaires.

4- Des orientations idéologiques basées sur des conflits d’intérêt

A l’OMS

Le rôle joué par les fondations et le GAVI dans le contrôle des décisions prises par cet organisme

Les recommandations contestées et contestables sur l’usage de l’hydroxychloroquine et de l’artémisia

En France

La campagne de déstabilisation du Pr Raoult

Les études bidon sur l’hydroxychloroquine

Opposition tranchée entre scientifiques parisiens et marseillais

Aux Etats-Unis

Le Dr. Moncef Slaoui démisionne de Moderna pour devenir le Responsable scientifique de l’ « Operation Warp Speed », un groupe constitué pour accélérer le développement d’un vaccin contre le coronavirus.

Le Dr Slaoui conserve plus de 10 millions de dollars de stock options de Moderna alors que le gouvernement fédéral a investi 483 millions de dollars dans cette compagnie pour l’aider dans la recherche d’un vaccin contre le coronavirus.

5- Des études pour anticiper la réaction des populations

L’étude globale de Wellcome Trust

En Juin 2019, Wellcome a publié les résultats de son étude globale de 2018 portant sur l’attitude du public à l’égard de la science et de la santé.

Les sujets de l’étude comprenaient la confiance dans les scientifiques, les médecins et les infirmiers (ières) , la confiance dans la religion , la science et les vaccins entre autres.

C’était la première étude globale de Wellcome dont l’intention était d’apporter de solides connaissances sur les différences de comportement du public selon les groupes démographiques et les pays.

Les découvertes majeures de l’étude

Les médecins et les infirmiers(ières) sont les personnes auxquelles on accorde le plus de confiance en matière de santé.

  • 73% des personnes interrogées font avant tout confiance au médecin ou à un infirmier(ière) pour un conseil en matière de santé avant la famille, les amis, les responsables religieux ou les personnes célèbres.
  • Dans le monde, les personnes à faible revenu sont celles qui ont le moins confiance dans les hôpitaux et les systèmes de santé.

Ce que nous savons de la science et de son influence bénéfique pour la société.

  • La plupart des gens (72%) font globalement confiance aux scientifiques.
  • Plus de la moitié (57%) de la population mondiale ignore tout ou presque tout de la science.

Plus des 3/4 de la population mondiale est d’accord pour dire que les vaccins sont sûrs et efficaces.

  • Dans le monde entier, pour 79% des personnes les vaccins sont sûrs et pour 84% ils sont efficaces.
  • Les populations du Bangladesh et du Rwanda sont celles qui font le plus confiance aux vaccins. A la quasi unanimité les habitants de ces deux pays pensent que les vaccins sont sûrs et efficaces et qu’il est important de faire vacciner les enfants.

Un écart significatif entre les hommes et les femmes en matière de connaissances scientifiques.

  • Les hommes déclarent avoir plus de connaissances scientifiques que les femmes. Cet écart lié au genre existe même lorsque les hommes et les femmes accède à un même niveau dans la connaissance scientifique.
  • Glabalement, dans le monde entier, 49% des hommes déclarent qu’ils en savent “un peu” ou “beaucoup” à propos de la science quand 38% des femmes peuvent en dire autant.

« L’étude globale de Wellcome présente une vision sans précédent des relations entre la science et la société mondiale. Qu’importe la grandeur de votre idée, le caractère passionnant de votre nouveau traitement ou la robustesse de votre science, il faut vaincre la résistance des gens pour qu’ils puissent en tirer profit. Les vaccins, par exemple, sont les plus puissants instruments de santé publique et nous devons faire en sorte d’obtenir la confiance du public si nous voulons accroître leur efficacité. »

Jeremy Farrar, Director of Wellcome

6- Des décisions internationales qui font le bonheur des actionnaires de Big Pharma

Les essais Solidarity et Discovery ont abandonné le traitement lopinavir/ritonavir jugé inefficace.

Selon L’OMS, « Les résultats préliminaires montrent que l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir ne réduisent que peu voire pas du tout la mortalité des patients hospitalisés pour le Covid-19 par rapport aux soins standard ».

Restent donc que le Remdésivir du laboratoire Gilead et la dexaméthasone du laboratoire Mylan.

Ces décisions ouvrent la voie royale aux laboratoires et groupes pharmaceutiques intéressés par la recherche vaccinale.

D’après un sondage Harris, la réputation de Pfizer, Moderna and Gilead grimpe en flèche en fonction des nouvelles d’un traitement ou d’un vaccin contre le Covid-19

PFIZER a annoncé la signature d’un accord pluriannuel avec le laboratoire GILEAD SCIENCES pour l’aider à accroître la fabrication du traitement expérimental remdesivir contre le COVID-19.

L’action Gilead voit sa côte progressé de plus de 20% entre le 1er février 2020 et le 1er mai 2020 notamment grâce à l’inclusion du Remdésivir dans les essais européens Discovery.

Au 10/08/2020 , l’objectif de cours de Gilead à 3 mois est de 79.91 USD avec un potentiel de 16.66%

Depuis, le projet Discovery s’est révélé être un flop monumental et les maigres résultats obtenus viendront compléter les essais Solidarity de l’OMS.

Du coup, le Remdésivir dont les effets indésirables sont encore à documenter, contrairement à l’hydroxychloroquine, devient le médicament phare dans le traitement du Covid-19 en attendant l’hypothétique vaccin.

Moderna n’est pour le moment crédité d’aucun résultat clinique majeur. Le rapprochement avec AstraZeneca en 2013 a permis à cette Biotech d’obtenir des fonds pour développer son projet mRNA en français acide ribonucléique messager.

Le Covid-19 donne à Moderna l’occasion d’appliquer les connaissances acquises en mRNA au développement d’un nouveau vaccin.

La valorisation du titre Moderna s’envole à chaque déclaration de découverte liée au vaccin.

Au 10/08/2020 , l’objectif de cours de Moderna à 3 mois est de 93.43 USD avec un potentiel de 35.11%

Quant à AstraZeneca elle réalise une opération en or massif avec l’Union Européenne en signant un accord pour 300 millions de doses de vaccin Covid-19 avec promesse d’achat de 100 millions de doses supplémentaires si le vaccin mis sur le marché s’avère efficace.

AstraZeneca envisagerait même de racheter Gilead.

7- Le bal masqué et la testothérapie

Il y a 5 à 6 mois, le masque était considéré par les autorités sanitaires, les politiques et les médias affidés, inefficace voire inutile pour se protéger du Covid-19.

C’est vrai qu’à cette époque, ce qu’on connaissait du virus était partiel et les scientifiques se contredisaient joyeusement sur les plateaux TV quant à sa léthalité.

Il faut dire également que les statistiques fournies par les autorités sanitaires prêtaient le flanc à la critique tellement elles étaient gonflées et peu précises.

Pour clore le chapitre, ajoutons qu’on était en manque notoire de matériel de test.

Maintenant qu’on connaît mieux le virus et sa léthalité et qu’on peut tester pratiquement toute la population, il est facile de vérifier que le Covid-19 est moins léthal qu’on a cru ou bien voulu nous faire croire.

Ce qui semblerait donner raison à l’équipe du professeur Raoult qui s’est acharnée à démontrer que cette épidémie avait le même profil en forme de cloche de celles jusqu’à présent observées et cela quel que soit le pays ou le fait que celui-ci ait confiné ou pas sa population.

Au bout de 6 mois, nous sommes à la fin du cycle de la maladie qui ne fait plus ou presque plus de morts.

Cependant, en prenant comme prétexte les résultats positifs des nombreux tests effectués, les autorités sanitaires, les politiques et les médias affidés continuent à propager l’iidée d’une seconde vague qui impliquerait des mesures de protection exagérée comme le port du masque obligatoire dans des espaces publics ouverts avec amende pour les contrevenants.

Or, nombreux sont les scientifiques opposés à ce genre de mesures car le virus ne se propagerait pas en milieu ouvert où la ventilation est suffisante pour empêcher la concentration de celui-ci. Ce qui est totalement différent pour un milieu clos.

Alors comment expliquer l’attitude des pouvoirs publics et des autorités sanitaires ?

Ferait-ils un excès de prévention pour corriger l’image laissée dans l’opinion de personnes imprévoyantes et irresponsables ?

Si ce n’était que cela, on ne saurait leur tenir rigueur, mais compte tenu de tout ce qu’on découvre au fur et à mesure, on est en droit de se poser la question si le poids des lobbies et les nombreux conflits d’intérêt n’entraîneraient pas des dérives totalitaires pour justifier le recours au vaccin.

En effet, si comme l’a vérifié l’équipe du professeur Raoult, l’hydroxychloroquine associée ou pas à un antibiotique offrait une alternative crédible au vaccin, c’était un freinage brutal pour les laboratoires de Big Pharma.

S’en était également fini pour les financements de plusieurs milliards d’euros pour partie déjà attribués par les Etats et provenant des impôts et taxes perçus sur les contribuables.

La France finance le GAVI (Global Alliance for Vaccine and Immunization) directement ou à travers IFFIm (International Finance Facility for Immunisation). Au 31 décembre 2019, les montants versés sont les suivants en dollar US :

Total: 528.4 million (5.8%)

Direct funding: 134.5 million (1.9%)

International Finance Facility for Immunisation (IFFIm): 393.8 million (28.5%)

Alors comment s’en sortir sans perdre la face et sans devoir se justifier sur les dépenses effectuées pour un vaccin qui s’avèrerait inutile comme fut celui mis au point pour lutter contre le H1N1 ?

8- Le masque et la distanciation sociale comme outils de manipulation des masses

Gardons en mémoire l’étude de Wellcome Trust de 2018 déjà citée et la conclusion de son directeur, Jeremy Farrar. Il est primordial que les gens fassent confiance aux scientifiques et aux vaccins.

Il se trouve que Wellcome trust fait également partie du CEPI ( Coalition pour les Innovations en matière de Préparation aux Epidémies).

En quoi consiste cette coalition ? Quels sont les Etats et les groupes privés qui la composent ?

La CEPI a été fondée à Davos par les gouvernements de Norvège et de l’Inde, de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Wellcome Trust et du Forum Economique Mondial.

A ce jour, La CEPI a consolidé sa base financière grâce au soutien de la Fondation Bill et Melinda Gates, de Wellcome Trust, de la Commission Européenne, des gouvernements de l’Australie, de la Belgique, du Canada, du Danemark, de l’Ethiopie, de l’Allemagne, du Japon, du Mexique, de la Norvège et du Royaume-Uni.

La CEPI a obtenu des financements supplémentaires pour lutter contre la Covid-19 en provenance de gouvernements souverains, de donateurs du secteur privé et de fondations philanthropiques.

Cela nous permet de dresser un tableau édifiant des acteurs pro-vaccin.

Si donc, le virus continue à circuler comme tout virus grippal qui se soigne mais qui implique d’être vigilant pour ne pas exposer les personnes à risque, pourquoi effrayer les populations au point de prendre des mesures qui frise la paranoïa ?

Une des réponses pourrait être la manipulation des masses pour préparer les esprits à l’acceptation d’un vaccin sans pour cela avoir besoin de recourir à la force.

Comment ? En créant un réflexe conditionné tel que décrit par le scientifique russe Ivan Pavlov.

Peu importe que le virus circulant soit léthal ou pas. L’essentiel c’est d’associer le virus à l’image de personne succombant au Covd-19.

C’est là que le masque et la distanciation sociale ainsi que les injonctions contradictoires, en effaçant tous les repères d’une vie sociale normale, deviennent des armes de manipulation collective.

Les personnes, stressées par la peur du virus, mal ventilées car respirant leurs propres bactéries en permanence, infantilisées par les sempiternels messages invitant la population à respecter les instructions sanitaires, perdent tout esprit critique par rapport aux informations servies par des médias aux ordres.

L’acceptation du vaccin providentiel est déjà dans les esprits de bien des gens. Comme pour des taureaux dans l’arène, il ne reste plus qu’à porter l’estocade…

Est-il encore nécessaire de rappeler les conséquences économiques et sociales, pour le coup bien réelles, causées par la Covid-19 et qui iront en s’aggravant dans les prochains mois ?

Nos héros du quotidien sont bien trop occupés pour s’en soucier.

La Covid-19 est un véritable laboratoire d’ingéniérie sociale. Elle prépare deux autres évènements majeurs : le déploiement de la 5G et la refonte du système monétaire mondial prévus pour 2021.

A peu de choses près on retrouvera les mêmes acteurs à la manoeuvre.

Les questions sont donc qui manipule et qui est vraiment manipulé ? Quels sont les vrais comploteurs et les instigateurs de fake news?

Ceux qui manipulent sont ceux qui ont le pouvoir de le faire; c’est-à-dire les propriétaires des médias de masse. En France, ce sont une dizaine :

  • d’industriels
  • de banquiers
  • et l’État (dirigé par des élus dont les campagnes électorales sont financées par … des industriels et des banquiers).

Les instigateurs de « fake news » ont toujours été les États.

Les comploteurs sont ceux qui veulent conserver le pouvoir ou le prendre.

Le déploiement de la 5G permettra le contrôle permanent de tous les citoyens pucés électroniquement sous prétexte de « carnet de vaccination électronique » (déjà testé au Kenya, Malawi, etc.).
C’est une mesure qui profite aux États policiers.

La réforme du système monétaire mondial profitera aux banquiers privés qui contrôleront 100% de la création monétaire alors qu’aujourd’hui ils doivent encore tolérer la concurrence des billets papiers et pièces métalliques.
Quand tout le monde sera pucé électroniquement, les billets et pièces disparaîtront immédiatement. La micropuce RFID servira de moyen de paiement.
Mais quiconque sera un opposant politique ou, pire, quelqu’un qui dit du mal des banques, verra sa puce désactivée et il ne lui restera plus qu’à mourir de soif et de faim incapable de s’acheter la moindre denrée.

Le pire, c’est que les gens vont payer pour se faire « vacciner » et « pucer » pour le plus grand profit des géants de la pharmaco-chimie (« Big Pharma ») et de l’électronique-informatique (Microsoft, etc.)

Bien vu, je partage cette même opinion.

tout juste.
Bravo @Arnaud, merci pour ce beau récapitulatif.

Pour information, j’ai diffusé auprès de moi la vidéo italienne. Ce qui est navrant c’est que les personnes qui ont un avis à priori sur le sujet, concluent à mon grand désarroi que ceci est bidonné et continuent à croire à la thèse officielle. Preuve que la manipulation de masse fonctionne. Il y a comme une sorte d’hypnose collective.

Mon sentiment est que le mensonge est devenu tellement grossier que les merdias sont désormais obligés de continuer à mentir encore plus, … jusqu’à quand ? Ceci me rappelle Colin Powell est « sa » preuve irréfutable que l’Irak détenait des armes biochimiques justifiant l’entrée en guerre.

1 J'aime

Signalement de la sortie prochaine du documentaire Hold-Up indépendant et auto-financé, qui pourrait également aider au décryptage de cette histoire inédite.

Extrait :

Lien peertube :
https://tube.nocturlab.fr/videos/watch/e211830c-6a9d-425c-a064-4303170d66a8

Le Covid 19 a donné lieu à des échanges contradictoires entre médecins, spécialistes, professeurs, hommes politiques et experts, le tout orchestré et alimenté par le feu nourri des médias ll y eu bien des résistants à cette machine de guerre : Raoult, Perronne, Fontaine, Douste Blazy, Montagnier etc. Ce film entend revenir sur ce hold-up incroyable. Enregistrés en un studio ou en situation, ces acteurs racontent leur bataille, leur sidération et aussi leur amertume de n’avoir pas été entendus malgré des faits et des chiffres qui leur donnent raison.Est-il déjà trop tard ? Les dommages sont ils réparables? A qui profite le crime? En contre point de ces propos, il y aura bien sûr les explications et les revirements sur les plateaux TV ou sur les bancs de l’assemblée nationale de ces hommes politiques, de ces médecins de plateaux et de ces professeurs de palais. Leur discours sera décodé bien-sur même si leur arme, elle, n’a pas varié. C’est la peur. Et elle semble avoir gagné la première bataille.
https://fr.ulule.com/hold-up-1/

Capture d’écran du 2020-08-23 08-30-12

lien image 1 : Capture d’écran du 2020-08-23 08-30-12|638x438

Capture d’écran du 2020-08-23 08-33-32

lien image2 : Capture d’écran du 2020-08-23 08-33-32|513x362

1 J'aime

Le film (capture d’écran n°2) parle « d’erreurs » mais je suis convaincu qu’il ne s’agit nullement « d’erreurs ». C’est planifié depuis très longtemps et au minimum depuis 2010 puisqu’un rapport de la Fondation Rockefeller décrit exactement ce qui se passe, de même que la simulation de fin 2019 (avant le début de la « pandémie ») « Event201 » (qui part de l’hypothèse d’un coronavirus parti de Chine !), de même que Bill Gates en 2010 qui, lors d’une conférence TedX, explique que « si nous travaillons bien avec les vaccins, nous pourrons diminuer cette variable (la population humaine !) de 10 à 15% » !

Le plan se déroule comme si la simulation Event201 avait fonctionné (65 millions de morts). Il y a moins de morts que la moyenne haute des grippes saisonnières (de l’ordre de 600 000 chaque année) mais les médias font comme s’il s’agissait d’un virus hautement mortel.

PS : Au fait, le nom scientifique du virus est Sras-Cov-2 et non « covid-19 » (qui signifierait plutôt « certificate of vaccination identification » - et certains d’ajouter « artificial intelligence » avec 1=a et 9=i).

1 J'aime