Réchauffement climatique

Arrêtons de nous raconter des histoires.

Derrière le réchauffement climatique, il y a la folie financière mondiale qui fait feu de tout bois. Bravo pour les petits gestes des petites gens qui marchent à pied. Mais n’est-ce pas un peu dérisoire face à la logique aveugle, massive et destructrice qui se fout de la planète et de l’humain ?

Que cela n’empêche pas le colibri d’amener sa goutte d’eau pour éteindre l’incendie, tant il est vrai que les petits ruisseaux font les grandes rivières mais le piège est immense et je crains que le fleuve, si fleuve il y a, se jette inexorablement dans le tonneau des Danaïdes. La guerre (au moins idéologique) est donc déclarée.

D’un côté sept milliards d’habitants qui subissent, de l’autre, une poignée d’irréductibles faux professeurs d’économie qui veulent nous faire croire que la croissance de leur fortune fera notre bonheur. Et, il faut le dire aussi, il y a la moitié au moins de l’humanité qui se laisse bercer par les sirènes de la boulimique philosophie du toujours plus. On ne le sait pas assez, mais tout cela est orchestré par un ahurissant maillage, une sorte de nœud gordien indestructible ou, si vous préférez une image plus moderne, un réseau multiforme plus performant que celui du Web.

Un illuminé (un certain Sylvain Timsit) a tenté de nous en dresser un portrait (1). Je ne suis pas loin de penser que, peu ou prou, la vérité n’est pas très éloignée de cette vision. Si c’est vrai, la manipulation est monstrueuse.

Mais, me direz-vous, comment est né ce réseau ? Comme toujours, il faut remonter un peu dans le temps et vous ne vous étonnerez peut être pas de savoir que l’une des origines probable de cette histoire repose sur les idées d’un manipulateur célèbre Sigmund Freud et surtout son neveu, beaucoup plus dangereux mais quasiment méconnu Edward Bernays (2).

Alors que les humains ne demandent rien d’autres que de vivre en harmonie avec leur territoire et leurs semblables, Bernays inventa la manipulation des foules et ce qu’il appelle la « fabrication du consentement ». Le titre de l’un de ses premiers livres publié en 1928 en dit long : « Comment manipuler l’opinion en démocratie ». Il y avait là tous les outils permettant aux puissants financiers de diriger la planète. Ils s’en sont, je le crains, abondamment servi.

– François-Michel MAUGIS.


(1) https://www.syti.net/Organisations.html
(2) https://www.franceculture.fr/societe/a-l-origine-des-fausses-nouvelles-l-influence-meconnue-d-edward-bernays

2 J'aimes

Bonjour François Maugis @Paco974,

Merci pour ton texte.
Petit conseil sur la forme, je me suis permis d’aérer ton texte en paragraphe pour améliorer la lisibilité.

Amicalement,
–pvincent

Bernays - Propaganda (1928) 220 pages.pdf (960,8 Ko)

Arte en a fait un film.

Le précurseur est un Français : Gustave Le Bon, avec son livre Psychologie des foules paru en 1895.

Gustave Le Bon - Psychologie des foules.pdf (397,3 Ko)

Beaucoup des groupes constituant le réseau, l’Empire comme dirait Alain Soral, me parlent. J’en découvre d’autres. Ces personnes aspirent à une gouvernance mondiale, débarrassée de l’illusion démocratique que peut représenter l’élection chez certains. Mais leur gouvernance ne serait pas bienveillante; elle serait génocidaire.

La « lutte contre le réchauffement climatique » ou contre les « pandémies » ou contre « le terrorisme » ou contre n’importe quel autre problème supposé d’ampleur planétaire n’est là que pour justifier leur coup d’État.

Pour comprendre qui sont les personnes derrière ces noms d’institutions, il est intéressant d’écouter :

  • Valérie Bugault
  • Youssef Hindi
  • Pierre Hillard

et sans doute encore d’autres que je ne connais pas encore.
Chose intéressante, ces trois personnes ont eu des entretiens sur la chaîne Youtube de Silvano Trotta. Prenez le temps d’aller y jeter un œil et une oreille :slight_smile: