Rassemblement Justice pour Adama et Georges Floyd

Je fais suivre l’appel:

“A la fin, nous ne nous rappellerons pas les mots de nos ennemis, mais le silence de nos amis”.

-MLK-

Venez rendre hommage à Adama Traoré, Georges Floyd, Eric Garner, Philando Castile, Tyrone Gibson, Breonna Taylor… et à toutes les autres victimes de violence policière.

Nous devons aller plus loin dans l’indignation.

Rester derrière nos écrans n’est pas suffisant. Venez rejoindre le rassemblement, partagez l’information, venez nombreux s’il vous plaît. Il est temps de faire preuve d’humanité, de compassion et de solidarité en ces temps difficiles.

Ramenez une BOUGIE (protégez-la du vent), un TEE-SHIRT NOIR et si vous le pouvez, une pancarte sur laquelle vous écrirez: ‹ je n’arrive plus à respirer’, ou ‘I can’t breathe ›, ou encore ‘Black Lives Matter’… et/ou le nom des/d’une victime. Nous nous donnons rendez-vous à 19h au jardin de l’état (Saint-Denis), nous marcherons ensemble jusqu’à la préfecture, où nous ferons une minute de silence pour rendre hommage aux victimes.

Surtout, ramenez vos masques et votre gel hydroalcoolique, et n’oubliez pas: 1 mètre de distance entre chaque individu

1 J'aime

Merci pour ce partage @RasineKaf . Au delà de leurs particularités locales, les sociétés coloniales (et colonialistes) ont en effet été bâties sur des modèles similaires: l’exploitation et la domination économique et raciale. Elles en portent aujourd’hui les stigmates.

Je cite l’article partagé plus haut

Nombreuses sont les voix qui s’élèvent contre ce parallèle dressé entre le racisme systémique des États-Unis, et ce qui ne serait que la somme d’actes isolés en France. Comparer notre grande France à un pays si raciste? Une idée vraisemblablement infamante à laquelle s’oppose notamment Christophe Castaner, qui nie fermement toute ressemblance.

Au sujet de ce refus de reconnaître l’existence d’un racisme structurel en France, je voudrais partager la réflexion de Reni Eddo-Lodge, résumée ici: Pourquoi il est si difficile de parler de racisme avec les personnes blanches. Son livre date de 2018, elle y décrit la situation Grande-Bretagne où elle vit; la plupart de ses conclusions me paraissent cependant aussi pertinente dans le contexte français:

Choisir de ne pas voir la race n’aide pas à déconstruire les structures racistes ni à améliorer concrètement le sort quotidien des personnes de couleur. Pour démanteler les structures racistes et injustes, nous devons voir la race. Nous devons voir qui tire parti de sa couleur de peau, qui est injustement affecté par les stéréotypes négatifs pesant sur sa race, et à qui reviennent le pouvoir et les privilèges –mérités ou non–, en raison de sa race, de sa classe ou de son sexe. Pour changer le système, il est essentiel de voir la race.