Qui fait l'ange fait la bête : le cas des Décodeurs

Dans sa dernière vidéo sur le Grand Reset, Pierre Hillard cite Emmanuel Macron déclarant au Financial Times que « la Bête de l’évenement est là et elle arrive ».
J’ai voulu en avoir le cœur net et j’ai fait une recherche Google toute simple avec ces trois mots-clés : « la bête » « évènement » « macron ». Tout en haut de la liste, j’ai trouvé cet article des Décodeurs du Monde qui ont jugé le sujet assez important pour enquêter dessus. Je vous invite à le lire de suite afin que vous puissiez vous faire une opinion avant que je vous donne la mienne.

Ce qu’on peut retenir de la lecture de cet article, c’est que… :

  1. Les Décodeurs se croient des êtres supérieurs, des petits génies de l’auto-défense intellectuelle et ça se voit avec la manière paternaliste et condescendante avec laquelle ils nous expliquent en détail leurs techniques comme s’ils étaient les maîtres et nous les élèves, forcément un peu attardé sur les bords
  2. Macron a bien utilisé cette formule mais, selon eux, de manière métaphorique. Donc il n’a pas annoncé l’arrivée de l’Antéchrist ou l’entrée dans l’Apocalypse, circulez y a rien à voir !

On constate que, à tort ou à raison, tout est fait pour « normaliser » le discours présidentiel et le rendre aussi anodin que possible. Rien de surprenant à cela, c’est la mission n°1 des Décodeurs : rassurer le bourgeois et éteindre chez lui toutes les alarmes que de dissidents de la pensée pourraient activer chez lui.

Dans ce qui suit, je ne vais pas tenter de vous démontrer que Macron a annoncé l’Apocalypse, mais permettez que je vous indique ce à quoi j’ai pensé après avoir lu tout ça :

  1. Macron n’a pas besoin d’annoncer l’Apocalypse, elle est dans l’esprit de tous ceux qui ont des yeux pour voir ou de ceux qui sont au pou’voir. Le fait qu’il fasse référence à la « Bête de l’événement » est sa manière à lui de consentir à cette vision des choses et, donc, ce faisant, de la valider (sans avoir eu besoin de l’annoncer).
  2. Macron nous dit croire à son destin et se tenir disponible. Qui pourrait en douter ? L’anagramme de son nom n’est-il pas « Mammon enculera » ? Ce qui veut dire tout simplement que « le dieu de l’argent va tous nous baiser ». Comment ne pas se sentir un destin quand le sens caché de son nom est aussi clair ? Comment ne pas se sentir un destin quand Alain Minc et Jacques Attali pour parraine pour entrer à la banque Rothschild ? Oui, Macron sait qu’il a un destin, il sait qu’il va y avoir un « choc » et il a choisi son camp.
  3. Cela, bien sûr, il ne va pas l’avouer et se contente de servir les platitudes politiciennes habituelles sur les valeurs à conserver et les opportunités à saisir.
  4. L’essentiel a été dit, avec le choix de la métaphore, lourde de sens, que Pierre Hillard a donc eu bien raison d’évoquer… ci-dessous :
1 J'aime

Le même qui disait qu’Emmanuel Macron était une « pute ». Une « bonne pute » sans doute, pour le « proxénète » qu’il s’imagine être ; une qui lui rapporte beaucoup (ainsi qu’à tous ceux de sa caste).

1 J'aime