Quand le 1er mai fera-t-il la guerre à la finance ?

(choisir Pierrick Ollivier, l’invité de la matinale d’hier 29 avril ou écouter le .mp3 ci-dessous)

Quoi de plus déprimant pour les travailleurs d’être défendus par des syndicats zourites, sans colonne vertébrale, juste capables d’ânonner un discours usé jusqu’à la corde et bien propre sur soi du point de vue de la pensée unique ?

Au final, leur parole est tellement creuse qu’ils apparaissent davantage servir l’intérêt et la volonté des puissants (en maintenant le peuple en position dépressive et notamment dans la hantise de la plandémie de carnaval) plutôt que contribuer à la libération du joug financier qui écrase le peuple via le concept criminel de « dette souveraine ».

Franchement ça vaut le coup d’écouter la rengaine de ce triste sire qui, évoquant furtivement quelques revendications (emplois, salaires, défense des services publics, en oubliant les retraites) et ne rêvant que d’un petit resto et d’un ciné, est ABSOLUMENT INCAPABLE de désigner l’ennemi, celui que Normal 1er, lors de sa campagne de 2012 avait pourtant eu l’audace de nommer : la finance internationale.

Quand on mesure le degré de déréliction, d’inanité et d’inutilité de cette parole syndicale, la question qui brûle les lèvres est bien sûr, de savoir : combien de francs-maçons dans leur rangs ? Car on imagine difficilement qu’une personne qui serait sans compromission et petits arrangements ne puisse pas tenir un discours fort, tranchant et agressif vis-à-vis d’une élite financière qui se goinfre comme jamais avec la crise actuelle. Les médiocres existent, bien sûr, mais sauf cas très improbable, ils n’arrivent pas à ce niveau de responsabilité sans raison.

L’exemple d’Emmanuel Macron en est la meilleure preuve. Elue ou cooptée, notre élite est avant tout au service de la finance, celle qui, depuis le Haut Moyen-âge, n’a eu de cesse d’exploiter la source de valeur n°1 : le travail humain. Nous arrivons au stade terminal de cette logique de mise en esclavage par la dette et, au final, le syndicalisme n’aura été qu’un miroir aux alouettes.

1 J'aime

Pleinement d’accord avec toi @eccolulo !

J’ajoute une anecdote : le 1er mai est appelé « fête du travail » depuis que le maréchal Pétain a modifié cette commémoration dont l’intitulé exact devrait être « fête des droits des travailleurs », droits chèrement acquis par la lutte des travailleurs dans les années 1880 quand le syndicalisme (le vrai, pas le corrompu car subventionné par l’Union Européenne) était encore interdit.

Autre anecdote : l’attentat à la bombe contre les policiers de Chicago lors d’une manifestation de travailleurs (1er mai 1884 ou 1886; à vérifier). Suite à la mort de plusieurs policiers, les organisateurs de la manifestation et les théoriciens anarcho-syndicalistes furent arrêtés, jugés à la hâte et exécutés. Sauf qu’un siècle plus tard, les historiens démontrèrent que c’est le chef de la police de Chicago lui-même (!) qui plaça la bombe, tuant ses propres hommes, dans l’intérêt tout désigné des industriels de l’automobile (qui avaient sans aucun doute payé le chef de la police pour commettre un tel acte).

1 J'aime

anarcho-syndicalisme : à présent c’est presque un oxymore non ? Tellement les syndicats sont devenus des suppôts du système à force de compromissions avantageuses pour leur statut et leur retraite ? ;-(

1 J'aime

toutafé! d’ailleurs dans un système anarchiste les syndicats n’ont pas leur place… c’est probablement une des raisons qui les pousse à collaborer avec l’oppression.

2 J'aime

Les drapeaux rouge et noir combinent ces deux sensibilités : anarchisme et syndicalisme. Mais le syndicalisme des années 1880, quand il était interdit, quand il s’opposait à des patrons-capitalistes comme Rockefeller qui n’hésitait pas à faire tirer sur la foule par la police (j’ai en mémoire une tuerie de grévistes : 66 morts à balles réelles).

Les syndicats d’aujourd’hui sont de l’opposition contrôlée, corrompue, comme les partis dits « socialiste » ou « communiste » ou encore la « France insoumise » franc-maçonne jusqu’à la moelle.

2 J'aime

J’ étais au défilé du 1er mai, j’ ai de très bons souvenirs, j’ ai commencé à 17 ans .
Ma ferveur militante, une sensibilité gauche; bref j’ y ai cru , je me suis faite avoir .
Pour ce 1er mai 2021, j’ étais avec tous les amis Résistants au Coronacircus du Gouverne- Ment avec son virus de la peur .
Nous ne sommes pas nombreux, je peux vous dire .
Mais bon, en 39-45, Résistants navé poin bonpé non plus .
J’ ai compris que les syndicats ne souhaitaient pas notre présence au défilé, nous avions prévu d’ être bien à l’ arrière du cortège .
Les syndicats ont été très chanceux car l’ un de nous, un gramoune de 75 ans , réfractaire au port du masque obligatoire s’ est fait amener à Malartic .
Nous sommes restés deux heures devant Malartic pour encourager en chansons not vié dalon qui est toujours présent à notre action " Sport sur Ordonnance " tous les dimanches sous le Baobab des droits de l’ Homme et de la Résistance , à 9h30.
Quand il a été libéré, nous avons arpenté toute la rue de Paris dans le but de rejoindre très tardivement le défilé syndical qui s’ était drôlement effiloché, il restait deux grains d- moune.
Jamais vu un défilé du 1er mai aussi maigre .
Les syndicats n’ ont décidément plus la côte .
Plus tard, en lisant l’ OBS; j’ ai vu un article qui disait ceci " les syndicats ont défilé le 1er mai sous les thèmes imposés par le gouverne-Ment .
Conclusion : Le Covid , donc n’ était pas dans leurs thèmes
Cherchez l’ erreur .
Mais bon, nous avons vécu un grand moment de bonheur d’ être ensemble, de refléter le Nouveau Monde, quant eux à force de compromis, magouilles sont encore pour longtemps, je crains, des représentants du Vieux Monde…Et qui se ressemble s’ assemble .

MES AMIS, L’ HEURE EST GRAVE…

3 J'aime

Merci pour le récit Kéti. Le tableau n’est pas encourageant. Oui, l’heure est grave. Faut réfléchir ! :wink:

1 J'aime

AH!!! …J’ ai oublié d’ ajouter ceci que je tiens Laurent Glauzy, journaliste à Profide Catholiqa; il dit que le 1er mai est une date des satanistes, tout comme le 21 juin : la célèbre Fête de la musique de l’ ignoble Jack Lang .

J’ignorais cela. Je n’ai donc pas d’éléments pour confirmer ou infirmer. Disons que pour certains enthousiastes, tout ce qui est païen n’est pas du Christ et serait donc de Satan.

Pour ma part, je pense que voir les choses ainsi c’est parfois aller vite en besogne et, là, en l’occurrence, il me faudrait des preuves avant que j’en vienne à faire mienne cette vision.

La fête du travail, qui vise à défendre les travailleurs contre l’exploitation des riches, ne m’apparaît pas intrinsèquement diabolique dans sa visée. Même si elle a une origine communiste (je l’ignore) ça ne la rend pas satanique pour autant. Nous sommes bien tous des descendants de Caïn, n’est-ce pas ? Celui qui fut meurtrier de son frère dès l’origine ! Et cela ne fait pas de nous des diables pour autant. Ou si nous sommes tous des diables à cause de cela, alors cela ne fait pas forcément de nous des mauvais diables :wink:

C’ est qu’ il y a des gens qui ont une bonne connaissance des chiffres, de la numérologie .
Le 666 par exemple …Il semble que les sectes satanistes se servent bien du nombre, des chiffres, çà ne date pas d’ aujourd’hui .
Je n’ ai pas eu le temps d’ étudier çà , mais j’ aime l’ ésotérisme et je vais m’ y intéresser un peu plus, à l’ occasion .

Le 21 juin correspond au solstice d’été. C’est fort possible que les calendriers païens l’aient utilisé. Mais sataniste ne veut pas dire païen. Satan (alias Lucifer) est une création du démiurge judéo-chrétien.

Le 1er mai commémore les rassemblements d’ouvriers américains qui réclamaient l’autorisation des syndicats et l’inscription dans le doit (la loi) des droits des travailleurs à une époque de capitalisme sauvage (dans les années 1880). Mais peut-être correspond-il aussi à quelque chose de religieux, d’ésotérique. Je ne sais pas.

Cela me parait presque aussi utile que de lire son horoscope.
Sans vouloir vexer personne.

1 J'aime

Je t’accorde que ça a un petit côté magique qui paraît suspect à la pensée rationaliste.
Mais si tu prends le temps d’y réfléchir tu constates que :

  1. Il n’y a rien de plus mathématique que la musique
  2. Il n’y a rien qui touche l’âme plus profondément que la musique

Dès lors, il est possible de penser que les mathématiques ont, d’une certaine manière, prise sur la personne humaine et, possiblement, son destin. La numérologie peut être vue comme un moyen pour approcher ces régularités mathématiques qui nous gouvernent.

Bref, la bienveillance me paraît de rigueur, au bénéfice du doute :wink:

C’est sacrément bien observé ! Je n’avais jamais pensé à faire les liens ; pourtant je savais que la musique était considérée comme une discipline mathématique par les Grecs anciens.

On peut toutefois objecter que les vibrations (musicales) ont des fréquences et que certaines de ces fréquences agissent sur l’organisme sans pour autant qu’il y ait nécessité à évoquer l’âme qui relève de la croyance religieuse.

Notez bien que je ne me prononce pas sur l’existence ou l’inexistence de l’âme mais simplement sur le fait que ce n’est pas la seule explication possible.

1 J'aime

Merci Lulo .
Je vous invite tous à faire des recherches sur le mathématicien russe Grigori Grabovoi et ses codes sacrés .
Pour te renforcer Cher Philippe V… je t’ apprends d’ emblée que ce mathématicien est taxé de Gourou .
Gourou/ Complotiste …

2 J'aime

Personnellement, je découvre ce nom mais voici ce qu’en dit Wikipédia : Grigory Grabovoy - Wikipedia
et un site qui s’appuie sur ses écrits : Créez consciemment votre réalité avec les enseignements de Grigori Grabovoï

1 J'aime

Bon, j’ai jeté un coup d’oeil mais c’est trop ésotérique pour moi. Je ne me risque pas la dedans. Il s’est quand même présenté comme le Christ de retour.
La fille du site n’a pas une mauvaise tête, ça mettrait en confiance mais son discours est SUPER calibré, dénué de toute aspérité et ça c’est quand même pas bon signe.