Organisation des catégories & didactique du site

Bonsoir à tous,

Comme @pvincent demande que le statut TOP de la catégorie Résistance & Actions Collectives soit expliqué dans le didacticiel destiné aux nouveaux venus, je vais me risquer à l’exercice consistant à faire le plus simple possible mais pas plus simple (selon la belle formule d’Einstein ;-)).

Sans que j’y réfléchisse vraiment, je me suis rendu compte cet après-midi que, tout en continuant à les juger pertinentes, mes précédentes explications basées sur le distinguo « discussion pour la discussion » (fin en soi) ou « discussion pour l’action » (moyen pour une fin) ne m’apparaissaient pas aussi parlantes et simples que je l’aurais voulu.

Il m’a semblé que le plus simple possible consisterait à se rabattre sur le distinguo absolument classique et compris de tous qui consiste dans l’opposition, ô combien nécessaire et jamais contestée, entre les sciences et les techniques.

Les premières visent la connaissance de ce monde, la mise en évidence de ce que l’on va pouvoir tenir pour la réalité, quand les secondes visent à agir, opérer ou être dans l’action vis-à-vis de ce même monde, soit pour s’y adapter, soit pour le changer.

Quoi qu’il en soit, il me semble que la distinction à faire entre les catégories de Thématiques et celles de Résistances et Actions Collectives est que les premières concernent des discussions destinées à partager des connaissances ou des conceptions de la réalité quand les secondes concernent les discussions destinées à agir, opérer, cad, être dans l’action vis-à-vis de la réalité préalablement convenue.

Les quatre catégories de Ronkozé retrouvent ainsi une forme « naturelle » correspond à la fameuse tripartition du mental en volets cognitif, conatif et affectif.

  1. Le premier est relatif à la connaissance, et c’est donc Thématique qui lui correspond
  2. Le second à l’effort, la volonté, l’intention inhérentes à l’action, c’est donc Résistance & Actions Collectives qui correspond à ce volet
  3. Enfin, le dernier, qui porte sur les évènements qui sont autant d’occasion de rencontres et, donc, d’activation et de renforcement de la dimension affective sans laquelle il n’est pas de groupes solidaires.

Comme les trois mousquetaires, à ces trois volets « naturels » de l’action s’ajoute un quatrième, qui n’est autre que la réflexion, cad, le moment de retour sur les modalités de réalisation des activités dans les trois catégories précédentes afin, d’en évaluer la justesse ou l’adéquation à l’aune des résultats obtenus.

Pour conclure, je propose d’expliquer aux nouveaux-venus la coexistence des trois TOP-catégories de Ronkozé sur la base de la tripartition de la psyché humaine… :

  1. Thématique, c’est les discussions qui visent à l’établissement des faits, des connaissances, de la réalité
  2. Résistance & Actions Collectives, c’est les discussions qui visent organiser les actions relatives à tels ou tels projets…d’action militante ou autre.
  3. Evènements et Rencontres (je suggère de mettre au pluriel), c’est les discussions qui, réalisées via l’oral, de visu, dans une unité de temps et de lieu (serait-ce le cyberespace) nous mettent suffisamment en présence les uns des autres (serait-ce à une certaine distance :wink: ) pour susciter des échanges à valeur affective.
  4. Retours sur le site, comme son nom l’indique est simplement une réflexion sur l’adéquation des modalités de réalisation des discussions/échanges/activités menés dans les trois TOP-catégories précédentes.

Je pense qu’il serait possible de disposer cela sur une arborescence logique qui montrerait le caractère naturel (et logique) de ces catégories.
Mais comme il faut aussi ne pas faire trop long, je vais m’en abstenir pour ce soir.

Merci d’avance pour vos retours !

Personnellement, je ne suis pas convaincu par ton explication.
Il me semble qu’une thématique limpide me parait plus logique, plus simple à comprendre.

Il faut garder en tête quel est l’objectif n°1 que l’on souhaite.
Pour moi, l’objectif n°1, c’est de faire grandir la communauté, d’accueillir les nouveaux contributeurs et faire en sorte que cela soit facile, instantané de créer de nouveaux sujets dans Ronkozé. Mon expérience dans le domaine, c’est le + simple, le meilleur.

Par exemple, par rapport à l’adéquation de nouvelles catégories inspirées par le Framapad, quel serais tes conseils ? Comment veux-tu que les gens puissent distinguer entre une discussion pour l’action et une discussion pour la discussion. Le doute ralentit et freine les premières contributions.

Si l’on était nombreux, ton argumentation reste valable. Mais tant que le seuil critique de nouveaux contributeurs n’est pas atteint, nous devons préserver la SIMPLICITÉ.

1 J'aime
  • Le nombre ne change pas une vérité logique. Un argument valable le reste même si on est peu nombreux.
  • La simplicité ne vient pas de la confusion. Sciences et techniques vont ensemble mais elles sont distinctes
  • La discussion visant la connaissance des faits peu mener à l’action mais ce n’est pas son but premier.
  • Quand le but premier est l’action, alors la discussion est à son service, elle est discussion pour l’action.
  • N’importe quel individu normalement constitué peut comprendre cette distinction immédiatement. Elle ne peut pas être un obstacle, ni pour le recrutement, ni pour le fonctionnement.

Je peux aider à la formulation précise si besoin pour le didacticiel

C’est sympa :slight_smile:
On va avoir besoin de toutes les bonnes volontés.

Pour le moment, tu as pu constater, Ronkozé sera proposé à tous les militants pour la rencontre prévue ce weekend. Une catégorie spéciale #convergence a été créé à l’occasion. J’espère que les militants sauront s’approprier l’outil. Pour ma part, je vais essayer de proposer des ateliers pour apprendre à utiliser l’outil. Tu es le bienvenu.

Désolé, il y a méprise, sans jeu de mots.

Etant convaincu de l’importance de l’éducation et de la pédagogie, je suis tout à fait disposé à aider à la formulation du distinguo entre « discussions visant à la connaissance des faits » et « discussions pour l’action » car

Mais comme ce distinguo a été balayé par un « fait du prince » (que je définis comme le fait de décider une action qui devrait être collégiale sans la motiver, en se contentant de répéter ses quatre volontés sous forme de je préfère, je ne suis pas convaincu, c’est ce que je crois et autres formules destinées A EVITER LA DISCUSSION des arguments qui ont été opposés), je ne vois qu’il y ait besoin de ma contribution.