On peut discuter de tout sauf des chiffres : en Ecosse 80% des morts du Covid sont vaccinés !

Nous connaissons tous la formule de Benjamin Disraëli : « il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les affreux mensonges et les statistiques ».

Depuis le début de la plandémie nous vivons sous une avalanche de statistiques véreuses et il faut bien du courage pour les attaquer sabre au clair tant l’armée de la bien-pensance financée par les GAFAM veille au grain.

C’est ce que vient de faire de manière brillante le site anglais The Daily Expose repris ci-dessous par Mondialisation.ca.

Ils démontrent de manière chiffrée qu’on nous ment sur plusieurs points critiques et notamment l’impact du vaccin sur la mortalité covid : il l’aggrave dans des proportions calamiteuses.

Je vous conseille de vous abonner au Daily Exposé si vous lisez l’anglais c’est vraiment de la réinfo de qualité !

A noter qu’on peut traduire instantanément le texte en français en cliquant sur la langue voulue en haut à droite mais presque au milieu.

1 J'aime

C’est parlant !

PS: désolé pour le temps de réponse, je ne vois pas l’info quand il y a une réponse sur ce fil…

Tout à fait.

Pfizer nous annonçait une protection à 95% au début de la mise en vente. Puis, maintenant, ils nous affirment que c’est 39% de protection. Mais la réalité est là, sous nos yeux : il suffit de faire la différence entre les chiffres des deux dernières colonnes du tableau.

Parfois (selon les tranches d’âge) il y a 3% de protection (% de la population vaccinée supérieur au % de cas positifs au covid-19 vaccinés), parfois c’est défavorable aux vaccinés (jusqu’à 7% en défaveur).

En conclusion : les « vaccins » ne sont pas des vaccins. C’est un mélange de nanoparticules d’oxyde de graphène et de protéines Spike. Cela n’apporte absolument aucune protection. C’est seulement destiné à transformer les inoculés en « objets connectés » et la protéine Spike aura quant à elle pour effet de stériliser (60 à 70% des injectés nous disant candidement Sir John Bell) ou de tuer.

Ce M. Rafael Zioni ne présente que les chiffres qui l’arrange pour faire passer son message:

  • il omet dans son tableau toute la classe d’âge des moins de 20 ans, qui représentent pourtant 42% de la population testée positive…
  • De plus, pour calculer l’efficacité du vaccin (dont le but premier est de protéger des formes graves) , il faut se référer au cas de contaminés en réanimation (et pas juste des contaminés, comme le fait Zioni)

Si on prend en compte l’ensemble des chiffres fournis par le ministère de la santé d’Israël, on remarque au contraire que avec 2 doses de vaccins, la protection contre les formes graves pour les personnes de 0 à 50 ans, va de 94% à 100%.

Mais le site fcbook Hervérifie explique tout ça bien mieux que moi et fournit tous les liens vers les chiffres du gouvernement israélien, car lui non plus ne s’attend pas à se qu’on le croit sur parole:

Bonjour 🙂

🩺 On entend très, très, très régulièrement parler de l’épidémie en Israël et de la proportion de vaccinés chez les patients graves.

🩺 Beaucoup, y compris l’écrasante majorité des journalistes, y voient la preuve que le vaccin n’est pas efficace, et qu’une couverture élevée ne sert à rien.

⚠️ Regardons ces données ensemble [1]


✅ Oui, le nombre de cas quotidiens est important.

:heavy_check_mark:︎ C’est normal, puisqu’un tiers de la population n’est pas vaccinée.

➜ Cela représente près de 3 millions de personnes.

➜ C’est très largement suffisant pour entretenir une épidémie, surtout avec un virus aussi contagieux que le variant delta.

:heavy_check_mark:︎ L’analyse des âges des contaminés montre que les moins de 20 ans représentent près de la moitié des cas, et les moins de 40 plus des trois quarts.

➜ Ce qui est logique, puisque plus du quart de la population a moins de 15 ans, et que la couverture vaccinale est d’autant plus faible que les israéliens sont plus jeunes (comme partout).


✅ Oui, le nombre de patients en réa et de décès est important.

:heavy_check_mark:︎ C’est normal, puisque le variant delta est deux fois plus contagieux que le variant alpha.

➜ Il contamine donc environ deux fois plus de monde, et donc mécaniquement en envoie deux fois plus à l’hôpital ou à la morgue.

:heavy_check_mark:︎ De plus, le variant delta serait responsable d’un taux d’hospitalisation deux fois plus important que celui du variant alpha.


✅ Oui, la proportion de vaccinés est importante.

:heavy_check_mark:︎ C’est normal, puisque la couverture vaccinale est la plus importante dans la tranche d’âge (de loin) la plus à risque de développer une forme grave.

:heavy_check_mark:︎ De plus, comme n’importe quel médicament, ce vaccin ne fonctionne pas chez 100% des vaccinés :

➜ Il y a donc toujours des vaccinés non protégés. Plus il y a de vaccinés, plus il y a de vaccinés non protégés, c’est normal.

➜ Si vous exposez suffisamment une population bien vaccinée à un pathogène contagieux, tôt ou tard les vaccinés non protégés seront infectés.

🩺 Pour prendre un exemple extrême :

❶ Imaginons un EHPAD où 100% des 200 résidents sont vaccinés avec un vaccin dont le taux de non répondants est de 10%.

➜ Vous avez donc 200x10/100 = 20 résidents non protégés.

❷ Introduisez un soignant contaminant pendant plusieurs jours, qui passe voir chaque résident tous les jours pendant plusieurs minutes.

➜ Vous aurez très probablement quelques cas. Certains seront des cas graves, du fait de l’âge très avancé des résidents.

➜ 100% de ces cas seront vaccinés, tout comme les cas graves.


⛔️ Non, cela ne démontre pas l’inefficacité du vaccin.

🩺 Pour savoir si le vaccin est efficace, il faut :

❶ Rapporter le nombre de vaccinés en réa au nombre de vaccinés dans la population générale. Ici Israël fournit l’incidence de l’admission en réa pour 100 000 vaccinés.

❷ Rapporter le nombre de non vaccinés en réa au nombre de non vaccinés dans la population générale. Ici Israël fournit l’incidence de l’admission en réa pour 100 000 non vaccinés.

❸ Comparer ces deux incidences (la formule est Eff. = 1 - V/NV).

🩺 Les résultats se trouvent dans le dernier tableau (histogramme) :

❶ La protection contre les formes graves conférée par 3 doses est quasi parfaite, allant de 93% pour les plus de 80 ans, à 100% pour les moins de 40 ans (moyenne de 98% tous âges).

➜ C’est logique, du fait de l’immunosénescence liée à l’âge (la perte d’efficacité du système immunitaire liée à l’âge) et de l’augmentation des facteurs de risque de formes grave avec l’âge.

❷ La protection contre les formes graves conférée par 1 ou 2 doses est excellente de 0 à 50 ans, allant de 94% à 100%.

➜ Mais elle diminue ensuite avec l’âge, restant très bonne jusqu’à 70 ans (86 à 87%), puis présentant un creux inquiétant entre 80 et 90 ans (66%!) pour remonter ensuite (73%).

➜ Ce dernier résultat (73%) semble aberrant, et est probablement dû à un très faible échantillon (6 patients).

➜ La moyenne tous âges reste très bonne, à 86%.

🩺 Au final, ces données observationnelles avec des échantillons faibles ne sont pas suffisantes pour démontrer la baisse d’efficacité avec le temps et l’âge.

⚠️ Mais il faut néanmoins en tenir compte et pousser les investigations sur des échantillons plus importants, dans d’autres pays.

⚠️ De plus les données israéliennes ont retrouvé cet été, toujours sur des échantillons faibles, une forte diminution de la protection contre les infections (et non les formes graves) chez tous les patients vaccinés depuis plus de 6 mois.

➜ Ces deux données, bien que d’un faible niveau de preuve, doivent attirer l’attention et amener à la plus grande prudence, notamment quant à la non contagiosité présumée par beaucoup des vaccinés.


🧠 Conclusions :

1️⃣ L’épidémie israélienne n’a rien d’exceptionnel, avec un variant delta 2 fois plus contagieux que le variant alpha, et près de 3 millions d’israéliens non vaccinés [2].

2️⃣ Cette épidémie est principalement due aux moins de 40 ans, et en particulier aux moins de 20 ans.

3️⃣ Le nombre de patients graves n’est pas surprenant non plus, pour la même raison, à laquelle s’ajoute le taux d’hospitalisation plus élevé pour le variant delta.

4️⃣ La forte présence des vaccinés chez les cas graves et les décès n’est pas surprenante non plus, elle est attendue dans une population à risque majoritairement vaccinée.

5️⃣ 2 doses de Pfizer offrent une protection excellente contre les formes graves jusqu’à 50 ans, très bonne jusqu’à 70 ans, mais cela semble se gâter ensuite.

6️⃣ 3 doses de Pfizer offrent une protection quasi parfaite jusqu’à 80 ans, et excellente ensuite.

🥸 Comme toujours, tout écrit d’une traite, j’espère que c’est clair, je serai vite fixé (mais là j’ai la flemme de peaufiner, cette publi m’a pris BEAUCOUP de temps…)

Biz éléphantesques 🐘


📚 Sources :

[1] https://datadashboard.health.gov.il/COVID-19/

[2] https://ourworldindata.org/coronavirus/country/israel…

1 J'aime

Est-ce que les injections avaient commencé pour cette classe d’âge au moment où le tableau a été réalisé ? Cela expliquerait l’absence de cette tranche dans l’étude.

Quoiqu’il en soit, cette classe d’âge n’est pas touchée par la maladie covid-19.

Les injections sont beaucoup plus dangereuses pour les jeunes de moins de 20 ans que la maladie elle-même. J’ai lu des rapports (notamment sur le déclenchement de myocardites) montrant que les injections « anti-covid-19 » sont jusqu’à 210 ou 230 fois plus dangereuses pour les jeunes que la maladie elle-même.

PS : @Yannb avez-vous des liens/intérêts avec l’industrie pharmaceutique ?

Zioni compare le nombre de cas entre les populations vaccinées et non-vaccinée. S’il écarte délibérément 42 % des cas de son étude, ses résultats sont forcément biaisés, que ceux ci soient potentiellement vaccinables ou non n’y change rien.

Cette affirmation (fausse à mon avis) n’a aucune valeur tant qu’elle ne s’appuie pas sur une source fiable.

Il faudrait compléter, en effet. Avez-vous les chiffres correspondant à la même période ?
Néanmoins, en attendant, je vous concède que je dois reformuler et préciser mes affirmations basées sur le tableau que j’ai relayé.
Pour toutes les tranches d’âge entre 20 ans et plus de 90 ans, la protection des « vaccins anti-covid-19 » est comprise entre -7% et +3%.
Quant aux moins de 20 ans, le tableau ne le précise pas ; mais il serait fort surprenant que les vaccins ait une meilleure « efficacité » que pour les autres tranches d’âges…

Exact. Je vous cherche ça tout de suite … Ah, voilà, l’une de mes sources :

Concernant l’image, je constate que vous avez sous la main le kit du « parfait petit troll » du lobby pharmaceutique (anti-traitement ambulatoire précoce, comme l’Ivermectine, puisque l’image est intitulée « ivermectine4 » … et on se demande bien quel rapport entre Alain Soral et l’Ivermectine !).

Voyez-vous, je viens sur Ronkozé (comme je l’ai fait jadis sur d’autres forums) pour débattre avec toutes sortes de personnes, y compris et surtout avec celles et ceux qui ne sont pas d’accord avec moi. Nous pouvons ainsi échanger des informations et, égoïstement, cela me permet d’évoluer, et, éventuellement, de donner à réfléchir aux lecteurs.

Mais force est de constater que nos échanges sont systématiquement tendus ; je dirais même qu’ils ne sont pas constructifs. J’imagine que vous avez voulu m’agresser avec ce « point Godwin » parce que vous considérez Alain Soral comme l’incarnation du mal absolu.

Je devine donc que je vous ai heurté en posant une question indiscrète concernant vos affinités directes ou indirectes avec l’industrie pharmaceutique.

J’aurais pu poser une autre question, encore plus maladroite car elle touche au secret médical : « Vous êtes-vous fait injecter ce cocktail d’oxyde de graphène et de protéine Spike que les laboratoires pharmaceutiques appellent fallacieusement des "vaccins » ? prolongée par une autre question : « Et cherchez-vous donc par tous les moyens à vous rassurer ? »
Cela vous a choqué lorsque j’ai posé la même question (amicalement, je vous le promets) à Philippe V. Donc, je ne vous demande surtout pas de répondre.

Sachez simplement que si vous n’avez ressenti aucun effet secondaire, c’est que vous avez eu de la chance : vous avez reçu le placébo (classique lors d’une phase d’expérimentation médicale).

Si au contraire vous avez reçu les doses toxiques, vous avez sans doute ressenti quelque chose, comme des millions d’autres citoyens de l’Union Européenne dont les témoignages sont remontés jusqu’à EudraVigilance (qui dénombre déjà, officiellement, 26.000 morts directement liées au « vaccin »).

Pour ma part, il y a un peu plus de deux semaines, j’ai discuté avec une personne qui avait son passe sanitaire (deux doses Pfizer) et il m’a montré un phénomène étrange : son téléphone portable était aimanté par son épaule. Pour d’autres (le frère d’une collège de travail), les injections ont provoqué une l’hémiplégie (bras et jambe droites). Pour d’autres (le beau-frère d’un ami), ce sont des palpitations cardiaques (la personne en question a été opérée du cœur un mois après la deuxième injection). Parfois, c’est carrément fatal. Dernièrement, un médecin de Saint-André dénombrait publiquement 15 morts directement liées au vaccin rien que dans son secteur. etc, etc, etc.

Pour conclure.

Si vous le souhaitez (je pense que c’est ce que je vais faire désormais), nous pouvons nous ignorer mutuellement. Cela apaisera l’ambiance sur Ronkozé.

PS : Dommage d’utiliser la photo d’Alain Soral à des fins sarcastiques. Cet essayiste écrit avec brio. Je vous recommande particulièrement « Comprendre l’Empire - Demain, la gouvernance globale ou la révolte des Nations ? ».

Plus con que ça tu meurs !

Cet Hervérifie prétend nous donner des explications mais, comme les journalistes, il est manifestement incapable de faire le distinguo entre contagiosité et létalité. Or, ils évoluent généralement en sens opposé : plus un virus est contagieux moins il est létal.

C’est ainsi qu’ont TOUJOURS évolué les coronavirus et pareil pour les virus de la grippe : au fil du temps, ils deviennent plus contagieux et moins nocifs, de sorte que l’augmentation de la contagiosité peut n’avoir strictement AUCUN IMPACT sur les hospitalisations et les décès.

Si le delta envoie beaucoup de vaccinés en réa ou la morgue ça veut juste dire que le vaccin est inefficace. Point barre.

2 J'aime

J’admire ta capacité à répondre aussi franchement ! Personnellement, je n’y arrive pas. J’ai une sorte d’inhibition qui fait qu’on me traite tantôt de « pommadeux », tantôt (quand on ne veut pas me blesser) de diplomate ou de pédagogue.

Les médecins de RéInfoCovid, du Conseil Scientifique Indépendant et d’autres (y compris à la télévision) expliquent parfaitement que le « variant delta » n’est pas plus dangereux qu’un rhume.

1 J'aime

Note bien Jérôme que je fais généralement des efforts pour être diplomate mais, par contre, quand j’ai déjà essuyé des attaques verbales, alors je n’hésite pas à répliquer sur le même ton car j’adore les joutes oratoires et, je sais que je ne suis pas mauvais à ce jeu là.

Il faut juste le faire avec les personnes dont on sait déjà qu’elles ne voudront rien entendre et refuseront éternellement de reconnaître qu’elles sont mises en échec.

Car toute personne capable de raisonner (cad, capable d’accepter les conclusions d’une discussion même quand le résultat lui est contraire) doit être respectée même si elle a pu s’emporter. On lui pardonne. Dans le feu de la discussion, on ne se rend pas toujours compte de ce qu’on dit.

Enfin, par ailleurs, je trouve quand même optimiste l’idée que le delta équivaudrait à un rhume. En Angleterre, ils parlaient plutôt de forte grippe. La grippe ça peut tuer les fragiles. Quoi qu’il en soit, ça correspond mieux à mon expérience personnelle. Si je n’avais pas eu le traitement interdit, je pense que j’aurais souffert…

3 J'aime

OK.

Je pense que tu n’as pas eu le variant/mutant atténué en rhume mais la forme initiale, celle qui a tué autant que la grippe, c’est-à-dire des centaines de milliers de personnes dans le monde (avec une moyenne d’âge de 84 ans).

C’est vrai que c’est toujours possible. Je pense faire le test anticorps mais ça ne me dira pas la variété du virus. Pas grave, l’important est pour moi d’avoir identifié un bon remède.

Une petite réflexion/interrogation au passage. On parle de variant delta mais je n’ai pas souvenir des alpha, bêta et gamma. Delta, est-ce que ce ne serait pas en référence au triangle avec un œil au milieu ?

1 J'aime

Amusant ! Je n’y avais pas pensé. Sauf que le delta est justement celui qui met à mal la politique vaccinale mondiale car il montre que le vaccin est inefficace…

Oui, c’est vrai … d’un certain point de vue. Mais on pourrait également rétorquer non car le variant delta/l’inefficacité est aussi utilisé(e) comme justificatif pour une troisième dose.

Enfin, c’est lassant tout ça. A quand l’éveil de la majorité !?

Comme disent souvent les généraux étasuniens : « it’s not on my watch ». En bon français on pourrait dire « rien de tel sur l’horizon ».
Autrement dit, la majorité ouvrira les yeux quand la minorité active contre l’élite aura gagné.
Désolé l’anarchiste mais ça n’arrivera jamais sans l’aide du Ciel ! :wink:
Nous sommes dans l’Apocalypse et nous allons boire le calice jusqu’à la lie…
Mais bon, en attendant, cueillons le jour (carpe diem) et dégustons le religieusement… :slight_smile:

Ou suffisamment progressé en tout cas.
Pour cela, nous avons besoin de lanceurs d’alerte (comme par exemple le directeur des pompes funèbres John O’Looney) et de « soldats numériques » pour relayer étant donné que les médias de masse ne servent que les intérêts des banquiers et des industriels (leurs propriétaires).

Là, on sort de ma zone de confort étant donné que je suis athée (mais je peux me tromper).

Si Dieu « tout-puissant » existe, qu’attend-Il donc pour agir ? Souhaite-t-il Lui-même une purge ? Est-ce seulement maintenant qu’Il va débarrasser sa Création de l’anomalie Satan ?

1 J'aime

Bien sûr que c’était une pro-vocation afin de te pousser hors de ta zone de confort.

Satan n’est pas une anomalie. Il est la conséquence logique de la liberté qui nous est laissée.

Progressivement les hommes ont collectivement (guidés par une certaine élite) fait le choix de se détourner de Dieu. Ils vivent à l’horizontale sans plus lever les yeux au Ciel.
C’est une erreur et nous sommes en train d’en payer le prix.
L’humanité s’est perdue parce qu’il n’y a plus d’humanité et de charité dans nos rapports, seulement la triade infernale de l’argent, du pouvoir et du sexe.
C’est une question de valeurs.
L’humanisme est une fausse valeur car il a surtout servi à se détourner du Ciel.
L’idée c’était de mettre l’Homme avant le Ciel.
Nous voyons le résultat…

1 J'aime

C’est vraiment un sujet de réflexion qui m’intrigue car :

  • moi aussi je suis « terre à terre », vivant « à l’horizontale », « matérialiste » au sens philosophique du terme
  • et pourtant je ne me reconnais pas dans cette attirance frénétique pour la « triade infernale de l’argent, du pouvoir et du sexe ». Peut-être parce que je suis épicurien (le philosophe de la modération, des joies simples, de la sobriété heureuse dirait-on aujourd’hui).

A l’inverse, j’ai l’impression que « l’élite » qui prône ces excès matériels se réfère à des textes religieux, peut-être en en prenant le contre-pied, en s’y opposant (vouant un culte au Mal plutôt qu’au lieu du Bien), mais finalement, en gardant une vision métaphysique, verticale (Ciel-Enfer), « millénariste » et en guettant l’apparition d’un Antéchrist.