Liberté d'expression, moi non plus

Un article à propos de l’arrestation de Ryssen.

Et pourquoi la censure peut vite devenir contre-productive. Elle amène à se poser la question de la liberté d’expression lorsque des groupes censés lutter contre l’antisémitisme (et contre le racisme) interférent le débat public et la circulation des idées. Mieux vaut être capable de répondre argument, contre-argument plutôt que de chercher à étouffer l’affaire en mettant les gens en prison.

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/un-ecrivain-d-ultra-droite-en-227411

La condamnation de Ryssen est disproportionnée par rapport à ses actes. Au pays de la liberté d’expression, où des gens font circuler des pétitions contre la censure, les écrivains (même abrutis) n’ont rien à faire en prison, lieu destiné aux truands, aux voleurs et aux brutes. Si on estime qu’il est dérangé, que sa pensée déraisonne, alors son cas relève de la psychiatrie et non du pénal.

Connaissez-vous l’effet Streisand ?

L’ effet Streisand est un phénomène médiatique au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations que l’on aimerait garder cachées — qu’il s’agisse de simples rumeurs ou de faits véridiques — déclenche le résultat inverse.

Par ses efforts, la victime de l’effet Streisand encourage malgré elle l’exposition d’une publication qu’elle souhaitait voir ignorée. Il s’agit donc à proprement parler d’un « effet pervers ».

Je crois que la photo partagée depuis le site wikipédia, montre la maison d’une célébrité, il s’agit peut-être de celle de l’auteur du documentaire Une vérité qui dérange (le vice président Al Gore) qui l’aurait râchetée, ou sinon je fais peut-être une erreur.

La maison de Barbra Streisand

Dans ce cas, probablement qu’Al Gore aurait subit lui aussi l’effet Streisand dans ce cas.


L’achat par Al Gore d’une propriété à Montecito de 9 millions de dollar avait scandalisé à l’époque. Je crois qu’il n’avait pas trop apprécié que l’information s’ébruite ce qui lui avait permis de prendre un peu plus d’ampleur.

Le film « Une vérité qui dérange » avait du bien marquer les esprit :grinning:. En faite dans le cas d’Al Gore comme avaient dits les journeaux en parlant de lui, « c’est sa propre vérité qui dérange ». Un peu plus précisément, « cette vérité qui dérange » n’était pas très bonne pour l’image du green business et le message de réduction sur l’emprunte carbone et je crois que les médias et journeaux ont essayé de taire cette information.