L'ennemi commun nous rassemble !

Je voudrais sans le nommer parler d’un ami qui lance un mouvement d’action contre la plandémie.
Il veut informer et surtout conscientiser le bon peuple réunionnais.
D’une manière courageuse et honnête, il envisage de discuter du « contexte » créole / zoreille qui peut poser problème.

C’est vrai que tout action collective nécessite une unité de même que toute dissension est susceptible de défaire l’unité et d’anéantir la force du mouvement.
Parler des choses qui fâchent est donc nécessaire pour s’accorder et retrouver la nécessaire unité.

Toutefois, en temps de guerre (et nous sommes en guerre, c’est la seule chose de vraie qu’ait dite Macron depuis deux ans) l’unité se fait toute seule contre l’ennemi commun.
En 40-45, les communistes et la droite gaulliste étaient unis dans la résistance contre l’envahisseur allemand.

La question créole / zoreille devrait-elle pour autant être mise en veilleuse ? Je ne le crois pas dès lors qu’elle est traitée avec l’ensemble des autres formes de tensions qui existent déjà (ou qui seraient susceptibles d’apparaître) dans l’île de la Réunion.

La raison que je vois à cela est le fait hautement probable qu’en cas de victoire contre la machination du SARS-Cov2 fait de main d’homme (Fort Detrick, Wuhan ?) l’élite qui en est à l’origine passera au plan B : la guerre, civile ou mondiale.

Vous le savez bien, des forces sont à l’oeuvre dans le monde pour amener un choc des civilisations et des guerres civiles qui ne se limiteraient pas au Moyen-Orient.

Comment la Réunion résisterait-elle à une guerre civile ou mondiale opposant des musulmans et des chrétiens ?

Le seul moyen que la contagion de la violence ne gagne pas l’île serait d’avoir préalablement conçu un accord interconfessionnel et intercommunautaire qui garantisse qu’en cas de faillite de l’Etat, les réunionnais restent rassemblés et fassent peuple, c’est-à-dire, cultivent une fraternité réunionnaise au-delà de toutes les différences et de tous les différends
Seul cela pourrait, je crois, permettre de sentir en confiance, solidaires et en paix quoi qu’il arrive.

Bref, je crois que cet ami a raison, il est dans notre intérêt de rechercher au plus vite un accord de tous pour faire peuple en somme, ce qui veut dire qu’il va falloir se comprendre au point de pouvoir raconter une histoire qui mette tout le monde d’accord, même si parfois, la place de certains dans cette histoire ne sera pas confortable.
Peu importe, l’important est d’arriver à une authentique unité. Et permettez moi de croire que ce n’est pas la laïcité qui permettra ça.

L’Etat laïque et ses sociétés secrètes est une faillite. Il faut rebattre les cartes.
Alors, tant que c’est encore possible, débattons !
Vous avez la parole…

1 J'aime

C’est un débat de fond qui mérite une profonde réflexion. Nous y pensons, et reviendrons donc plus tard !

Nos différences sont dérisoires quand on sait que les milliardaires de Davos nous appellent des « rats ».
Nos différences existent, oui, et je les considère personnellement comme une richesse culturelle, mais comme elles semblent dérisoires, secondaires, quand on assiste au déploiement de forces colossales pour (je vais citer le Prince Philip, défunt époux de la reine Elisabeth II) « procéder à l’abattage de l’excès de population ».
Ces milliardaires et leurs pantins politiciens nous considèrent comme du bétail.
Pour moi, nous sommes frères et sœurs humains.
Je suis zoreille, mon épouse est créole (mauricienne-réunionnaise). En France, j’étais « espagnol » pour certains. A Mayotte, zoungou. En Thaïlande « falang ». A Madagascar « vaza ». Et partout où je suis passé, j’avais un nom différent. Mais toujours, je suis resté humain, et j’ai considéré mes frères et sœurs comme des humains. A la Réunion, plus que jamais !

2 J'aime

Pas trop tard quand même ! :wink:

Pareil pour moi, même si j’ai moins voyagé que toi.

Mais cet universalisme chrétien dont nous avons hérité n’est pas partagé par tous.
Ainsi, les racialistes voient (une) certaine(s) race(s) comme coupable(s).
D’autres voient leur race comme supérieure.
Tout ça, sans savoir de quoi ils parlent en parlant de race,
dans le contexte d’un dogme scientifique selon lequel les races n’existent pas (après que la science ait été durant un siècle le principal promoteur et la caution du racisme), sans même parler de l’interdiction légale de mentionner des races.

Bref, je pense que chacun s’est fait sa petite idée et que c’est pas demain la veille qu’on sera tous d’accord. Mais il faut quand même se mettre en route ! :wink:

Oui, il faut se mettre en route . Je partage tes valeurs d’ amour, de paix pour le monde .
Nous devons gagner cette guerre et c’ est en échangeant sur nos différences, sur la sincérité de nous réunir que nous participerons chacun modestement à ce monde meilleur auquel nous sommes plus nombreux aujourd’hui à faire advenir .
Louis Fouché est très inspirant , j’ ai vu sa dernière intervention, il était invité en Suisse par " Joy for the planet pour une conférence " La joie au temps du Corona" . La vidéo dure 3h, faites des pauses.
Je dis chaque fois, je remercie la crise Covid d’ avoir révélé une Lumière française telle que Louis Fouché.
In Marianne, il le traite de Guru, cette presse discrédite Laurent Mucchielli…Pauvre France!!!
ICI le lien : Joy for the Planet - Louis Fouché: LA JOIE AU TEMPS DU CORONA - YouTube
Bon et beau dimanche .

1 J'aime

Merci Kéti pour cette vidéo. Oui Louis Fouché est un bon gars, tout simple et pourtant il fait très fort. C’est chouette.

Ce thème de la joie me rappelle le film Stalingrad de JJ Annaud je crois bien dans lequel on voyait que la soirée précédent un assaut forcément meurtrier, les soldats russes, hommes et femmes faisaient la fête, buvaient, dansaient et célébraient l’amour.