Le Conseil Scientifique Indépendant (CSI)

Le Conseil scientifique indépendant

Le collectif Réinfocovid réunit chaque semaine son « Conseil scientifique indépendant » afin d’offrir un regard différent sur la gestion de la crise sanitaire, ainsi qu’une formation médicale et sanitaire en continue.

image

D’abord sur Youtube™ puis rapidement censurés, les vidéos du Conseil scientifique indépendant (CSI) sont dorénavant enregistrés sur la plateforme de vidéo CrowBunker (compatible avec Ronkozé).

Toujours intéressant de les écouter. Ça respire l’honnêteté et la sincérité avec des médecins, des chercheurs et des citoyens curieux et sans conflit d’intérêt. Le tout sans argent public ou aide de l’État, uniquement sur la base de collectifs citoyens, moi je dis Bravo :clap:

Quant aux zététiciens et autres chasseurs de bobards, j’ai l’impression qu’il n’y a rien, pas de critique, pas de discussion, étrange ! La censure par l’absence de communication ? Une omerta parmi les médiamenteurs ?

L’actualité des dernières vidéos du CSI


Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ?
À qui peut-on encore faire confiance ?

Partager > Intégrer la vidéo > Coller dans Ronkozé sur une ligne vide !
exemple:

<iframe width="560" height="315" 
src="https://crowdbunker.com/embed/00F3Hqn9mfb" 
frameborder="0" 
allow="accelerometer; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" 
allowfullscreen scrolling="no" >
</iframe>

Dans cet épisode du CSI, Pierre Chaillot décode les statistiques issues des données officielles des hôpitaux et les taux d’utilisation des lits de réanimation. Il décortique tous ces chiffres, y apporte une analyse détaillée et arrive à la conclusion suivante

« Le catastrophisme médiatique autour du Covid est une mise en scène justifiant la répression ».
[…]
« Les choix idélogiques, politiques ou financiers de la part des décideurs n’ont rien à voir avec la santé des français. »

Pour mémoire, dans l’épisode précédent nous avons montré que finalement l’hôpital n’a jamais débordé en 2020 malgré toute la propagande réalisée à ce sujet. Le rapport de l’ATIH spécifique à la gestion de la crise Covid-19 par l’hôpitali a montré que les patients Covid-19 ont seulement représenté 2% des patients passés à l’hôpital, ce qui est insignifiant. Le rapport de l’ATIH sur les hospitalisations toutes causes confonduesii nous a montré que l’hôpital français était en sous-régime pendant toute l’année 2020 avec 10% de séjours en moins par rapport aux années précédentes.
Nous avons pu voir également, que même au plus fort des crises, le nombre de patients Covid-19 n’a représenté au maximum que 3,7% d’une activité normale. Enfin nous avons vu que la Région qui a connu la plus forte proportion de séjours Covid-19 en 2020 est l’Ile-de-France avec seulement 2,2% de séjours Covid-19.
Ainsi, l’hôpital français n’a jamais débordé en 2020, il a même fonctionné en sous-régime et donc abandonné de nombreux patients du fait des différentes mesures mises en place. La Covid-19 n’a pas eu d’impact visible sur les hospitalisations, ni sur l’ensemble de l’année, ni pendant les crises. Seules les décisions politiques ont été responsables de sa désorganisation.
Les défenseurs infatigables du gouvernement ou de la théorie de la pandémie mortelle opposent toujours 2 arguments à ces chiffres, pourtant difficilement contestables :
• Ils affirment que la statistique du nombre de patients admis pour Covid-19 ne représente pas bien les tensions extrêmes qu’a connu l’hôpital (de façon incontestable puisque vues à la télé) et qu’il faut explorer les autres, notamment les jours d’hospitalisations.
• Ils affirment que les services de soins critiques et de réanimations sont les vrais révélateurs de la pandémie, (montrant son caractère extrêmement dangereux) et qu’ils étaient complètement saturés.
Dans cette vidéo, nous allons terminer l’étude de ces 2 aspects pour montrer qu’il n’y a absolument eu aucune saturation nulle part et quel que soit l’indicateur retenu. Aucun argument logique ou rationnel ne permet de défendre l’histoire racontée sur l’hôpital Français depuis 18 mois. Nous ne doutons pas que les adeptes d’une religion trouveront toujours quelque chose pour la défendre. Il s’agit juste de permettre à ceux qui souhaiteraient faire usage de bon sens de comprendre le fantasme qui nous est servi.

On attend impatiemment les « zététiciens » faire pour une fois un « VRAI » travail citoyen pour confirmer ou infirmer les propos de Pierre Chaillot. À mon humble avis, plutôt que de s’en prendre aux adorateurs des ondes Bluethooth et 5G, il y a matière à creuser dans cette histoire…

Personnellement, je trouve que Pierre Chaillot reprend le flambeau de Laurent Mucchielli avec brio.

1 J'aime