La tentation de l'éco-fascisme

Je ne sais pas vous, mais personnellement je vois cette crise sanitaire et sa gestion comme une façon pour les gouvernements de nous préparer à un nouveau normal au sens d’une crise écologique et systémique en cours, et pour eux-mêmes de se préparer à ces changements.

Je poursuis ici l’allusion faite précédemment au sujet de l’écologie politique et du personnage d’André Gorz, un maître à penser de l’écologie. Il a été un des premiers écologistes à avoir anticipé l’avènement possible d’un éco-fascisme, et il a été le premier à l’avoir énoncé et à évoquer sa crainte.

La régulation carbone n’est pas le seul instrument que pourraient mettre en oeuvre les gouvernements mondiaux pour prendre en compte les nouvelles contraintes écologiques actuelles ; dans ma compréhension, les mesures sanitaires de régulation des épidémies sont un autre avatar de ces instruments. Ces instruments sont légitimés par l’autorité de la science.

Je viens de trouver cet article intitulée La tentation éco-fasciste, je l’archive ici. Merci de partager vos commentaires si l’envie de réagir vous prenait.

Bonjour @jao,

Sacré article que tu nous partages.
Ça change de l’état de délire médiatique que nous vivons actuellement.

Sur la forme, je trouve que le document est dur à lire. Je pense que cela ne s’adresse pas à Mme Michu, mais plutôt à des penseurs type bobo, extrême-gauche. Typiquement, ça me fait penser au Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) de Besancenot ou Poutou mais à la sauce suisse. Je me trompe ?

Sur le fond, il y a une vraie réflexion sur la perspective à court-terme d’une population africaine qui va, pour diverses raisons, migrer de + en + massivement vers l’Europe. Cela semble inéluctable. J’ai bien aimé l’explication de comment les partis de droite et d’extrême droite tentent de récupérer la tendance « écolo » en la couplant avec une bonne dose de racisme primaire pour nous vendre ce terme de éco-fascisme.

Enfin, il y a cette question du souverainisme qui est traitée de manière caricaturale. C’est pourquoi, je fais le rapprochement avec le NPA, avec cette tendance à accueillir massivement les immigrés avec un profond sentiment de culpabilité à expier en quelque sorte. Pour ma part, je ne suis pas satisfait par cette logique binaire. Selon moi, le souverainisme peut être traité avec plus de nuances.

Et pour conclure, je termine sur un vieux clip du NPA qui m’avait laissé perplexe à l’époque … 2012
À vous de juger.

Pour aller plus loin,
un cahier de l’IEEEDS de l’année 2009

La décroissance contre Malthus

Screenshot from 2020-11-25 22-29-59

cahiersdelieesds3.pdf (1,1 Mo)

1 J'aime

J’avoue que je ne suis pas habitué à lire ce type d’article, notamment aussi long, et que pour le moment je n’en ai fait qu’une lecture rapide. Je suis tombé dessus simplement en faisant une recherche sur le terme éco-fascisme.

Pour cet article, je conseille de commencer par une lecture en diagonale rapide simplement pour extraire quelques idées et arguments avancés. C’est ce que j’ai fait pour l’instant ; je prendrai le temps de relire l’article plus tard.

Cet article recoupe certaines réflexions d’André Gorz, c’est ce qui m’intéresse, et qu’Andé Gorz soit extrême-gauche ou pas, beaucoup moins. Plutôt les réflexions que peuvent induire l’article.

La question centrale dont nous ne connaissons pas encore la réponse, est comment la société productiviste et de la croissance intégrera les contraintes écologiques. C’est une question importante.

Le coronavirus nous donne, je pense, un aperçu de comment les gouvernements peuvent s’adapter aux contraintes écologiques - je n’ai aucune idée sur le fait de savoir si les virus sont ou pas des contraintes écologiques, mais je fais comme si - , comment ils les gèrent.

Un point à garder en mémoire, et je pense que l’article en fait allusion - André Gorz le fait - c’est le fait que les solutions politiques aux crises écologiques s’inscrivent à l’intérieur de sociétés et de structures inégalitaires, et c’est certainement pour cela que les solutions aux crises seront probablement autoritaires.