La résistance anti-pass dans les choux

Bonsoir,

Je ne souhaite pas décourager quiconque mais il y a des moments où il faut accepter de faire certains constats douloureux. En psychologie c’est le b-a ba. Il ne faut pas se raconter d’histoire : seule la vérité nous sauve. Reconnaître son échec est ce qui permet de le dépasser. Nier l’échec quand il est une réalité, c’est s’enfoncer, s’enliser en lui.

Après l’échec du mouvement Gilets Jaunes, un constat douloureux est à faire concernant le mouvement anti-pass. C’est celui-là même qu’a fait l’ami Georges Ah-Tiane initiateur du mouvement RCC19 (Réveil Citoyen Covid-19) sur une liste improvisée de militants anti-pass. Etant pour ma part complètement d’accord avec lui je souhaite évoquer ici cet échec du mouvement anti-pass à la Réunion (et grosso modo aussi en métropole) afin de discuter sa proposition d’une table ronde, en faisant le lien avec… Ronkozé !

Pour faire court sur le constat, voici ce que j’ai répondu verbatim à la liste suite au message de Georges :

"Georges a lancé le débat, alors je réagis pour dire que je suis complètement d’accord avec lui sauf sur un point, j’y reviendrai.
Moi aussi, la semaine dernière, en voyant le petit groupe que nous étions, j’étais à la fois triste mais pas vraiment surpris et surtout désolé.
Désolé je l’étais en voyant que les meneurs et les meneuses (dont je salue le courage et la tenacité) avaient bien du mal à tirer les conclusions qui s’imposent.
Ce qui a été proposé au petit groupe, c’était en somme (de lancer les dernières forces dans des tentatives désespérées à mes yeux comme le fait) d’amener la manif à faire du porte à porte dans les rues commerçantes pour amener les marchands à se solidariser avec nous.
je ne sais pas si vous voyez le tableau mais ça, vraiment, ça peut pas le faire.
Le constat d’échec est là ! Il faut l’accepter.
Afin, ainsi que le propose Georges, de refaire une (vraie ?) table ronde pour repenser la stratégie.
Mais il faudrait d’abord réfléchir à la manière de l’organiser de la manière la plus efficace ET la plus démocratique qui soit.
Voilà où j’en suis, plein d’interrogations !"

A peine ceci envoyé, je suis allé me réconforter avec un peu de chocolat et de café et en réfléchissant à tout ça, il m’est apparu tout à coup que c’est ici, sur Ronkozé, que nous devrions lancer la réflexion sur les nouvelles stratégies à adopter.

Car je crois qu’il faut en finir avec la tactique antique, sauvage du débat improvisé ici et là avec les discussions sympathiques même si interminables et que le vent emporte sans laisser de traces partageables donc sans réelle possibilité de progresser collectivement.

Il nous faut absolument un lieu où penser de manière stratégique, ce qui veut dire, d’abord, un lieu où ranger et conserver nos pensées stratégiques afin de pouvoir nous en faire une bonne idée, nous accorder dessus mais aussi orienter les nouveaux-venus et les amener à partager notre vision des choses, celle que nous aurons élaborée collectivement dans un esprit de quête de vérité et non pas seulement de soumission et de résonance aux tambours des « puissances de ce monde ».

Bref, je propose donc que tout ceux qui ont des pensées à partager sur l’action passée, présente et future le fassent ici et qu’enfin on discute de manière efficace. Le site est fait pour ça, ce serait idiot de passer à côté et de se contenter de petites listes militantes qui peinent à faire percoler l’information.

Le partage au petit bonheur, c’est sympa entre amis, mais ça coince très vite un peu partout et si on veut être efficace, alors il faut centraliser.
Ronkozé est fait pour ça, c’est pas son webmaster qui dira le contraire, n’est-ce pas @pvincent ?

Qu’on se comprenne bien, je parle de Ronkozé, pas de mon petit coin psy. Il y a ici plusieurs « catégories » qui peuvent être investies comme « Résistance et actions collectives » mais on pourrait imaginer d’en demander une spécifiquement pour la discussion proposée par Georges.

Par exemple, ça pourrait être la catégorie « Anti-pass », appellation qui, je crois, permet de comprendre immédiatement de quoi il retourne.

Sur ce, les amis, il est tard, je vous remercie pour votre attention et je reste en l’attente de vous lire…

2 J'aime

Salut Luc-Laurent, bonne initiative que celle-là. le terme « anti-pass » ne reflète pas tout à fait mon état d’esprit, je souhaite élargir ce sujet aux multiples ramifications, si possible. Tu lances le débat, je l’avais souhaité. c’est de bonne augure mieux vaut tard que jamais. Juste un bémol, je ne penses pas que le mouvement « gilets jaunes » ait échoué bien au contraire, ça a généré tout un tas d’actions et de sensibilisation. tardra viendra…

si « Ronkozé » est tout à fait approprié pour amorcer une discussion (coucou à Vincent), il faudra sans doute réaliser un débat (public?) en présentiel. débarrassons nous progressivement de la chape institutionnelle qui n’a de cesse de nous bâillonner et osons nous exprimer au grand jour. il me semble qu’à la Réunion nous sommes très frileux et loin de l’affirmation de notre citoyenneté. il y a du travail de ce côté là.

Les enjeux sont multiples, comme je le soulignai dans mon premier exposé:

Je déplore qu’il n’y ait pas eu la « fraternité » nécessaire dans l’action qui est menée courageusement par les collectifs en place

le manque de cohésion au niveau des habitants de la Réunion qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs ne me surprend guère, même si j’en souffre.

rappelons nous qu’au plus fort des manifestations nous étions plusieurs milliers. Et puis ce qui devait arriver arriva: la démobilisation. Je suis loin d’être défaitiste et de baisser les bras. j’aimerai juste qu’on se pose et qu’on discute, l’urgence est dans la construction et non dans la riposte désorganisée (je ne pointes personne).

pour arriver à se construire, il faut se regarder en face, ne pas fuir les réalités qui nous concernent. la cohésion pour faire front à la dictature sanitaire ne pourra se réaliser qu’avec l’adhésion du plus grand nombre sur des orientations et des objectifs communs. Et c’est bien là le sujet. je ne vais pas reprendre dans le détail le prétexte de la misère d’ici mais la lutte contre la politique sanitaire n’est pas forcément une priorité au sein de la population réunionnaise. Les discriminations, le racisme (dans toute sa splendeur et dans tous les sens), classes sociales étanches, inégalités de salaire, passe-droits, favoritisme, échecs de vie…OUI!

Il serait bon, non pas de travestir le débat mais de tenir compte de ces postulats afin de travailler ensemble. Les valeurs morales, et modes de vie d’ici et d’ailleurs ne sont pas forcément les mêmes. nous avons à nous rassembler et non à cultiver nos différences. Le chemin sera long mais ya de l’espoir

je n’en dis pas plus pour l’instant, je te remercie Luc-Laurent. je vais essayer d’amener la discussion sur « Ronkozé » à travers mon réseau, avant peut être le vulgariser autrement.

bonne journée,

4 J'aime

Merci Georges pour cette mise en contexte très claire et aussi pour avoir répondu à mon invitation à venir sur Ronkozé

Je note qu’il y a plusieurs débats à la clé dans ce que tu évoques et, bien sûr, ça a du sens puisqu’il y a autant de points cruciaux sur lesquels il faut s’accorder.

Mais, je pense que tu en es d’accord, on ne peut s’accorder sur tout en même temps. Donc on pourrait au moins s’accorder sur la liste des questions en souffrance et commencer par travailler sur les plus urgentes.

Il me semble que la question du pass sanitaire est la plus urgente et c’est elle, elle seule qui, pour le moment, motive véritablement les manifestations du samedi. C’est sous le drapeau de la lutte anti-dictature sanitaire que nous devrions donc, je crois, commencer à nous rassembler pour débattre ici.

On pourrait en même temps lancer des tours de tables sur les questions fondamentales que tu évoques mais qui ne font pas l’actualité et ne revêtent donc pas le même caractère d’urgence. De sorte que nous serions avant tout dans la réflexion et pas de suite dans la programmation d’une action de lutte. Mais nous serions néanmoins en train de la préparer et donc plus facilement disposés à agir le moment venu.

Dans la perspective ARCHIfondamentale que tu évoques si justement…:

… je propose de réfléchir à contrer toutes les forces de divisions qui tendent à nous opposer les uns aux autres dans le but d’éviter justement que, rassemblés, nous ayons le pouvoir de renverser le système.
Je crois que si nous ne commençons pas par ça, tout sera vain.
Cad qu’il est absolument nécessaire de traiter toutes les questions difficiles que tu évoques mais il est tout aussi important de le faire non pour « régler des comptes » mais dans un esprit de recherche et de vérité et d’accord sincère et véritable.
C’est pas gagné mais je pense que c’est possible.

Pour ma part, j’ai dans l’idée de mettre dès que possible les pieds dans le plat en traitant de la notion de colonie pour expliquer qu’elle est non essentielle car celle qui l’est c’est celle d’esclavage, car elle est malheureusement de plus en plus d’actualité !

1 J'aime

Bonjour,

Un véritable évènement physique (table ronde, débats, vrais témoignages) retransmis en ligne comme une émission TV pourrait être un bon début.

Des extraits documentés pour soutenir le propos, comme ce film à venir, pourrait modifier la donne ?

https://odysee.com/@holdup_ledoc:9/PRIMUM-NON-NOCERE-TRAILER-v2:0

Peut-être prendre attache avec les chaînes de résistance déjà constituées pour gagner en efficience et limiter les frais ?

Je souhaite que ces quelques idées trouvent un écho et marquent un tournant dans la conscience des ultramarins dont je fais partie.

Beau samedi.

1 J'aime

Oui, se poser et débattre de tout ce qui fâche…
Je crois que nous avons été au mieux environ 5000 personnes dans la rue , à La Réunion .
Il y avait une volonté chez certains très en colère d’ en découdre avec le pouvoir, d’ autres souhaitaient plutôt des manifestations pacifiques, conscient que le peuple n’ a pas les armes …Et le sort fait aux Gilets Jaunes reste en mémoire .
Les allocataires du R S A ne sortent pas dans la rue, ils ont trop peur de perdre leurs prestations .
Les enseignants ont tous très peur, les soignants soient ont rejoint les rangs, soient son trop affaiblis .
Et chaque fois se faire gazer puis voir à la télé que " les Anti-Vax, les Récalcitrants e tutti…" sont les Grands Méchants ; çà a découragé un certain nombre .
Sur ce sujet , nous sommes très divisés, il y a tous ceux avec qui je manifeste depuis 30 ans qui sont indifférents à cette lutte .
Je dirai que c’ est à cause d’ eux que nous nous retrouvons isolés sur ce sujet Covid .
Sont-ils devenus des Collabos ? Je ne peux le dire . Mais c’ est grave …
Samedi 9 octobre, une dame a parlé de soigner la peur, je lui avais fait une réponse autour de l’ idée que c’ est une expérience qu’ ils vivraient dans leur chair, leurs corps et que peut être ils ouvriront les yeux quand leurs enfants mourront sous leurs yeux…Seulement là ils trouveront la force, le courage de rejoindre la lutte…mais c’ est malheureux .
Ce qu’ il nous faudrait à La Réunion, c’ est créer une Web TV où la population aurait accès à des intervenants capables de leur parler autrement que les Médias mainstreams, à un autre narratif que celui du gouvernement propagandiste.
Un jeune homme fait déjà un boulot intéressant , il m’ a interviewée à St Pierre …Tu l’ as rencontré aussi Georges .
J’ avais espéré que Jéromine soit présente avec sa Web, elle est journaliste mais je ne la vois toujours pas s’ impliquer dans des reportages sur ce sujet destructeur .

2 J'aime

Nous cherchons l’espoir où nous pouvons et c’est vrai que les individus innovants, dynamiques et courageux ça aide mais il ne faut pas se tromper, en tant qu’individus ils ne peuvent rien.
Regardons ce qui est arrivé à Di Vizio. Pour quelque raison que ce soit (menaces ou autres ?) il est rentré dans le rang en se mettant à distance de la lutte Covid.
Des individus identifiés sont des cibles pour le système. Il nous faut un réseau fonctionnant en collectif, sans centre de décision identifié, donc une vraie démocratie basée sur des valeurs partagées (d’où l’importance des accords de fond évoqués par Georges) et sur une démocratie réelle. Equation que les Gilets Jaunes n’ont pas su résoudre car ils se sont retrouvés avec des leaders dont on ne savait pas s’ils parlaient en leur nom ou au nom des Gilets Jaunes.

Puisque nous sommes sur le sujet, je réponds à Georges et je maintiens que les Gilets Jaunes ont échoué. Cela pour la bonne raison qu’ils n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient. Que leur lutte nous apporte ensuite de nombreux bénéfices, qu’ils puissent renaître de leurs cendres, c’est tout à fait possible, mais ce n’est pas ça qui est en question. Ce qui importe c’est de tirer les leçons de leur échec comme de l’échec de la lutte anti-pass et/ou anti-injection-expérimentale-covid

1 J'aime

Je poste ici une courte vidéo avec La Grande et Bellissime Alexandra Henrion-Caude
Elle a raison, perso, j’ ai ressenti dés le début que les manifestations n’ ont plus l’ impact nécessaire , comme si au fond d’ eux, les gens n’ y croient plus …
Le Gouverne- Ment n’ écoute plus la rue…Raffarin l’ a dit en 2003, je crois, " C’ est pas la rue qui gouverne ", cette idée s’ est immiscée comme un poison dans l’ esprit des gens .
Il y a eu les GJ, nous avons vu le boulot d’ un préfet Lallemand .
La résistance, c’ est aussi la méditation, la prière …peut être que les gens choisissent cette voie ? qui sait ?
J’ y vais à Sin-Dni, là tout de suite . On s’ y retrouve Lulo ?

2 J'aime

OUPS!!!..J’ ai oublié A. H. Caude : ICI le lien de la vidéo:

2 J'aime

Non désolé Kéti, j’aime beaucoup ces moments là mais je pense vraiment qu’il faut chercher une alternative et comme tu le vois je tente d’y contribuer comme je peux. Je vais donc continuer à creuser dans la voie convenue avec Georges, celle du rassemblement, notamment en tentant de mettre à plat la question coloniale que je crois douloureusement mal posée

1 J'aime

Superbe la AHD ! Elle a bien dit les choses : il est temps de s’organiser pour la résistance. Le temps des manifestations est révolu. Dont acte !

1 J'aime

Le débat est juste ouvert… je souhaite que les représentants des collectifs et acteurs réunionnais nous rejoignent aussi. (ne voyez aucune discrimination de ma part entre réunionnais et non-réunionnais, bien au contraire)

Loin de vouloir monopoliser les idées ni m’étendre sur le sujet, il est essentiel de comprendre certains mécanismes propres au ex-îles colonisées (on aura du mal à s’en affranchir). C’est comme si on voudrait construire une autoroute en pleine brousse.

La lutte pour nos libertés à la Réunion ne ressemble en rien à ce qui se passe ailleurs (France Hexagonale et autres DOM), la situation a toujours été singulière à la Réunion. Si ça ne marche pas (encore) ici c’est qu’il y a bien des raisons. Donc il est parfaitement inutile de vouloir différencier la lutte anti-covid de l’anticolonialisme et de ses avatars (clin d’œil à Luc-Laurent).

La réussite de nos objectifs communs dépendra du regard que l’on voudra accorder à ce passif. Je ne dis pas qu’il faille débattre du colonialisme ici dans ce fil de discussion. Je dis simplement qu’il faut en tenir compte dans la discussion et ne pas perdre cela de vue.

Ketty questionne sur un média indépendant et Eve de Paris 2021 parle aussi de table ronde, Web TV. Avec Jeromine et d’autres nous y travaillons. « Rond-point 2.0 est déjà opérationnel et fait le lien avec les autres DOM depuis des mois. Un ronkozé est proposé par parallèlle Sud Mercredi prochain sur ce sujet au Zazalés (Tampon). J’ai aussi d’autres contacts qui vont dans le même sens. Tardra viendra…

En attendant que d’autres nous rejoignent dans ce fil de discussion, il serait souhaitable dès maintenant d’en définir toutes les déclinaisons et ne pas trop se confondre

1 J'aime

Sache Georges que j’ai grand plaisir à voir que tu es au carrefour de nombreuses dynamiques de résistance et de mobilisation. C’est de bon augure quant aux chances de susciter une prise de conscience collective.

Tu as raison, ce n’est pas le lieu d’entamer une discussion sur la question de savoir ce qu’est une colonie. Mais je peux au moins indiquer en un clin d’oeil :wink: que la lutte anti-dictature-covid à la Réunion n’a rien qui la distingue de la lutte anti-dictature-covid de par le monde.

Nous combattons très exactement le même adversaire mondialiste et nous le faisons comme toutes les autres populations : avec nos qualités, nos défauts, nos handicaps et nos atouts, avec nos histoires respectives et elles ne sont simples nulle part.

Le passé de la Réunion est lourd, je suis bien d’accord qu’il nécessite d’être repensé dans le dialogue, dans un esprit de (ré)conciliation mais il ne change pas fondamentalement les données du problème qui sont de savoir, là, maintenant, tout de suite, comment résister au rouleau compresseur de la dictature sanitaire ?

Tel est l’enjeu auquel nous sommes à présent confrontés puisque, ainsi que l’a si bien dit Alexandra Henrion-Caude, « le temps des manifestations est révolu ». Comme le temps des cerises l’est aussi, toute la question est de savoir de quoi est-il temps à présent ?

1 J'aime

Oui, je participe encore jusqu’ à ce que l’ on naisse à autre chose .
Toutes ces personnes positives qui viennent encore, çà vaut la peine de les retrouver chaque samedi …Et qui vivra verra .

1 J'aime

Si l’objectif était de changer de société tout de suite, oui, c’est un échec, c’est une jacquerie mâtée avec la brutalité caractéristique des États.

Mais d’un point de vue « anarchiste éducationniste », cela peut être considéré comme une étincelle, un premier pas vers une société débarrassée des parasites confiscateurs de pouvoir. Les « assemblées des assemblées » ont été pour moi la concrétisation moderne des théories anarchistes : horizontalité du pouvoir politique, choix direct du peuple pour le peuple.

Ce qui a manqué dans le rapport de force, comme souvent, c’est le nombre.

C’est important de préciser « à la Réunion » et « en métropole » car, en Guadeloupe et Martinique, par exemple, l’obligation vaccinale et le passe « sanitaire » ont échoué. Dans certains hôpitaux, 90% des soignants ont refusé la vaccination et le directeur a dit « Qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? » avant d’autoriser tout le personnel à continuer. Je pourrais citer d’autres exemples, comme Moscou. Là aussi, le maire a fait un excès de zèle en imposant le « passe » mais comme personne ne le respectait, il a retiré l’obligation.

Tout est question de nombre, de rapport de force, dans la désobéissance civile.

Tout à fait d’accord avec toi @Georges !

La propagande à la télévision, à la radio, dans la presse écrite et même les « trolls » sur internet ou encore des infiltrés sur le terrain s’y emploient à plein temps. Ils détruisent la cohésion du peuple et maintiennent les dirigeants illégitimes au pouvoir.

Il ne doit y en avoir qu’environ 150, sur les quelques milliers à travailler sur l’île, qui participent aux actions …

Le poison ! La pravda des milliardaires !

Peut-être ont-ils été déviés sur de faux combats, sur des sujets volontairement clivants qui ne pointent pas assez ceux qui décident vraiment depuis le début de l’époque contemporaine : les banques.

C’est d’une absolue tristesse mais vrai. Quand les enfants qu’ils auront volontairement vaccinés mourront, ne seront-ils pas eux-mêmes emportés par la culpabilité ? Préfèreront-ils le suicide ou la destruction des vrais coupables ?

Qui a intérêt à inoculer de l’oxyde de graphène dans les corps humains ? Quel rapport entre ces nanoparticules sensibles à l’électromagnétisme mais nocives pour la santé et la monnaie dématérialisée ?

La définition de l’anarchisme, en politique.

Attention aux manipulations sémantiques : anarchie (absence de chefs) n’est pas anomie (absence de règles). Avec l’anarchie politique, ceux qui subissent les règles sont les mêmes que ceux qui les écrivent.

C’est là où tes compétences de psychologues sont le plus utiles.

Les dirigeants depuis l’Antiquité gèrent bien évidemment les classiques « du pain et des jeux » ainsi que « diviser pour mieux régner » mais cela s’est considérablement affiné depuis Gustave Le Bon et son « Psychologie des foules » (1895) en passant par « Propaganda » d’Edward Bernays (1928) et d’innombrables expériences humaines dans le domaine du marketing, de la politique, de la torture, etc.

Le temps de la manifestation est révolu".

Il a eu son utilité : se rencontrer physiquement, mais l’urgence est à la construction, se préparer à vivre de façon résiliente, voire à survivre.

La société telle que je l’entrevois, sans hiérarchie oppressante, horizontale, en m’inspirant des exemples historiques (Chiapas, etc.) est forcément locale, prenant en compte les spécificités culturelles et historiques locales.
Mais, autant le dire clairement, nous serons sur le fil du rasoir (avec le risque de basculer dans la division) en parlant de colonialisme ou de néocolonialisme.
Nous sommes quasiment tous (99% ou même 99,9%) des opprimés.
Rien que mon exemple personnel, mis en comparaison avec le prochain 173ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage à la Réunion, permet d’illustrer mon propos. Mon grand-père paternel (né en 1912) et ses parents étaient des serfs, en Andalousie, au sud de l’Espagne. Ils étaient la propriété d’une comtesse au même titre que la terre.

Oui, ces mondialistes sont les milliardaires qui se réunissent à Davos et les gros banquiers de la City de Londres et de Wall Street. Ce sont eux qui veulent instaurer un « nouvel ordre mondial » eugéniste, malthusien, transhumaniste.

C’est là plutôt où mes compétences de psychologue peuvent éventuellement aider si je ne suis trop maladroit.
Car là se trouve la pierre d’achoppement et tu as bien raison d’y insister.

Mais je pense que, même si c’est en toute vérité sur le fond, on ne peut écarter a priori ces thématiques sans les avoir d’abord désamorcées et c’est précisément ce à quoi je m’emploie dans ma vidéo de réflexion sur la Réunion en tant que colonie.

J’essaie d’expliquer pourquoi le sens très précis, étymologique de colonie permet de comprendre pourquoi une lutte anticoloniale (qui plus est racialisée) comme il y en a eu et il y en a encore un peu partout dans le monde, n’a strictement aucune pertinence ni légitimité à la Réunion car, alors même qu’elle a bien été une colonie, il a admis par tous qu’il n’y a jamais eu de colonisés à la Réunion (car même dans l’hypothèse où il y aurait eu effectivement des Andamans premiers occupants l’île, ils ont « disparus » sans laisser de traces, donc sans laisser de descendants susceptibles d’avoir une posture victimaire légitime.

Il y a plein de raisons légitimes pour les réunionnais d’avoir un ressenti victimaire mais cela ne peut pas être le fait d’avoir été colonisé. Il n’y a pas de personnes ou de peuple colonisé(s) au sens littéral à la Réunion, point barre. Au sens métaphorique, n’importe qui peut se sentir colonisé. Dans les Alpes, les habitants se sentaient colonisés par les marseillais. Ils les appelaient les doryphores.

Le problème réunionnais, contrairement à son histoire, n’a donc rien de singulier car, comme pour toutes les autres régions de France, il est celui d’une subordination du pays et de la population à un pouvoir centralisé mais aussi international qui nous installe dans une tutelle administrative, économique et financière qui n’a plus rien de démocratique. Nous sommes tous progressivement mis en esclavage de la dette souveraine par l’ennemi qu’Hollande a clairement désigné lors de sa campagne : la finance internationale, celle-là même qui est venu au pouvoir avec l’accès de la marionnette Macron à la présidence de la république.

1 J'aime

C’est vrai que c’est une particularité de notre île. Elle était inhabitée lorsque Français et Malgaches y ont fondé une colonie. Pas de peuple « colonisé » donc. C’est historique.

Par contre, lorsque le roi de France a confié la concession à la Compagnie des Indes (qu’on pourrait assimiler aux entreprises multinationales actuelles), la souffrance a commencé : avec l’esclavage puis avec l’engagisme.

Des différences sociales abyssales se sont mises en place à l’époque et, même avec le temps, elles ont du mal à s’atténuer de façon supportable.

Dans le système anarchiste, qui utilise comme éléments de base :

  • la communauté d’intérêt,
  • les prises de décisions collectives par démocratie directe
  • la subsidiarité ascendante (quand et seulement quand un problème ne peut être résolu localement, il est transmis à l’échelon géographique supérieur)
  • et le mandat impératif (le délégué/représentant/porte-parole ne décide rien, il obéit aux décisions du groupe qui le mandate)

… on revient au local, on décentralise complètement.

Tout l’inverse de ce que veulent les mondialistes :

  • monnaie mondiale
  • gouvernance globale totalitaire.

La population de la Réunion doit trouver les piliers de sa communauté d’intérêt.

1 J'aime

Lorsque ce qui est capital c’est l’argent, alors oui, il va y avoir de la souffrance puisque l’humain passe en second.

Merci pour les infos sur l’anarchisme. Je me découvre anarchiste depuis toujours :wink:

1 J'aime

Je confirme Ronkozé est un outil de communication moderne à destination de tous les réunionnais.
Anti-censure, fait maison, sans publicité, 100% logiciel libre, ouvert, sécurisé, etc…

Pour ma part, je peux proposer des ateliers de prise en main pour faciliter la création de compte et la première écriture d’un article. Il s’agit de démocratiser cet outil pour permettre à chaque citoyen de s’exprimer et stocker ainsi nos meilleures pistes de réflexion avec sagesse et respect mutuel.

  • Ceux qui sont habitués à leur smartphone, trouverons une application mobile performante en surfant et en s’inscrivant sur le site.
  • Ceux qui préfèrent utiliser leur courriel peuvent aussi répondre par mail et/ou s’abonner à une liste de diffusion depuis leur menu préférence
  • Enfin, ceux qui maitrisent bien l’outil informatique seront ravis de découvrir nos nombreux flux atom/rss pour s’abonner à des thèmes de discussion sur-mesure.

  • Les vidéos sur Peertube, Runtube, Youtube et autres principaux canaux de diffusion vidéo sont également compatibles avec Ronkozé.
  • Possibilité de programmer des événements et de géolocaliser un lieu.

Bien à vous

2 J'aime

Merci @pvincent pour ces informations toujours bonnes à rappeler et qui seront spécialement utiles aux nouveaux venus.

A te lire il me revient une question que je m’étais posée concernant Runtube. Sais-tu s’il existe un moyen de réaliser un direct video qui serait automatiquement enregistré et mis en ligne sur Runtube, exactement comme je le fais avec FB dans une relative simplicité adaptée aux simplets paresseux pour le bidouillage comme c’est mon cas ?

1 J'aime

Peut-être faudrait-il poser la question à @jnoel (si je ne me trompe pas de personne).

1 J'aime