La finance est en roue libre

Tout autour de moi, je n’entends que des situations de crise économique, des entreprises, des associations au bord de la rupture, de la faillite. Des projets repensés à la baisse, une restriction du budget à tous les niveaux. Et pourtant la finance en France est au sommet de « sa gloire ».

Notre banquier-président a réussi à enrichir les plus riches d’entre nous, des milliardaires qui font la fête et qui, bien sûr, ne partagent pas avec les plus pauvres. Regardez plutôt le chiffre du CAC 40, le record national est atteint quasiment chaque jour actuellement :champagne:

Oxfam dénonce (encore) les inégalités et son caractère historique

Jusqu’à quand va-t-on vivre dans cette économie virtuelle qui ne sert que les milliardaires complètement déconnectés de la vie des autres français ?

4 J'aime

Tu voulais dire …

n’est-ce pas ?

merci, rectifié.
bien vu, :mag:

Comme il n’y a presque que des moutons et des lions endormis,
on va y vivre jusqu’à ce que Jésus revienne !

Il est temps de se mettre à prier, car tout va bientôt s’effondrer, le CAC en premier :wink:

Bon, ben courage à tous
en particulier aux 99% des Français qui ne sont pas milliardaires
Joyeuse r évolution
:bomb:

version anticensure

1 J'aime

Peut-être va t-il falloir remettre en cause ce mode de vie très en vogue qu’est le capitalisme, ou pas?.. Si c’est le cas, je ne vois pas d’autre alternative que le communisme.
L’anarchisme et le socialisme peuvent se fondre, dans l’un ou l’autre.
Reste à définir le communisme, ou plutôt le redéfinir.
Personnellement c’est œuvrer pour le vivant, organiser la société humaine dans ce sens avec pour principal moteur l’intelligence collective et donc : la discussion et le débat.

1 J'aime

Le communisme a été et resterait (si on voulait le ressusciter) « l’opposition contrôlée » du capitalisme US qui l’a financé à ses débuts (cf. le livre de Sutton sur Wall Street et la révolution bolchévique) et l’a même soutenu durant la seconde guerre mondiale de manière à tenir le monde en tenaille, cad, en guerre d’une manière ou d’une autre, car c’est quand même le poste n°1 de gain financier pour les banquiers (après le Covid ;-)).

Dites-moi si je me trompe mais le communisme n’a même pas été foutu d’interdire le prêt à intérêts alors que l’économie sociale et solidaire du Moyen-Age (sous la houlette des monastères d’abord au service des pauvres qu’ils hébergeaient et à qui ils donnaient du travail) n’a pu exister que tant que l’Eglise a été assez fort pour assurer l’interdit de ce qui alors s’appelait l’usure.

C’est à partir du moment où elle a cédé (en raison de la faiblesse des papes désireux de trouver des financements et qui ont donc accepté de petits accommodements avec la loi divine) que le capitalisme a pu émerger, d’abord en Italie puis ensuite dans toute l’Europe, je ne vais pas vous refaire l’Histoire.

Bref, RIEN à espérer de ce côté là. C’est toujours l’élite qui tire ces (grosses) ficelles !

1 J'aime

Si vous résumez le communisme à ce qui à pu être fait en son nom, je vous souhaite de bonnes nuits en l’attente de Jésus.

Où ai-je parlé de ce qui a été fait au nom du communisme ? Nulle part.
J’ai évoqué son origine, qui l’a fabriqué, l’a répandu, et l’a jeté quand il n’a plus eu d’utilité…
SI tu veux garder espoir dans le communisme ALORS il te faudra réfuter toutes les faits historiques collectés par Sutton et ses confrères historiens.

La visée révolutionnaire suscitée par cette élite mondialiste s’est d’abord donné le communisme comme moyen de destruction des valeurs traditionnelles de l’Occident et, en premier lieu, celles véhiculées par l’Eglise.

Maintenant la révolution est woke etc. Mais c’est le même combat, le même but pour l’élite de la finance internationale : diviser le bon peuple (grâce à des « idiots utiles ») pour mieux le dominer !

1 J'aime

Proposez mon chère, proposez mieux. Si c’est l’attente, vous faites partie du problème.

Merci pour cet aveu d’impuissance à réfuter mes propos !

Merci pour cet aveu d’impuissance à proposer quelques choses.

(je ne sais pas si vous le voyez mais votre impuissance à argumenter vire au psittacisme ; mais bon, c’est votre problème !).

Pour ma part, je dirais que, comme Sarkozy, ceux qui ne savent pas penser cherche confort dans l’action ou, à défaut, l’agitation, ce qui leur permet de se raconter qu’ils font quelque chose.
Vous cherchez quelque chose à faire et vous vous accrochez à cet aboli bibelot d’inanités sonores que constitue le communisme.
Vous suivez ainsi le troupeau matérialiste. Qu’il soit dialectique ou capitaliste, c’est toujours le même combat : nier la transcendance, nous convaincre que seule existe l’horizontale dans laquelle l’humain a toute liberté de faire n’importe quoi, même le pire.

Funeste choix. Vous êtes ainsi du même côté que les diables satanistes qui nous tiennent en laisse par la finance, nous lavent le cerveau avec leur médias, nous gouvernent avec leurs marionnettes politiciennes et dorénavant nous vaccinent pour nous changer lentement mais sûrement en morts-vivants. Le pire n’est pas sûr, il est certain, il est là, sous nos yeux.

Le seul espoir de l’homme raisonnable, c’est la transcendance, cad ce qui n’est pas de ce monde mondain dans lequel le troupeau humain est mis en coupe réglée par une élite financière tellement puissante qu’elle trouve tous les laquais, les kapos et les idiots utiles dont elle a besoin pour dominer les esprits et les corps déjà passablement obnubilés, étourdis et affaiblis par la consommation de malbouffe, de médocs et d’écrans tous azimuts.

Celui qui croit voit du sens à ce tableau insensé parce qu’il était annoncé par les Ecritures. C’était écrit. C’est bien sûr impossible à comprendre et surtout à admettre pour des esprits matérialistes qui, (comme les Hébreux qui ont tué leurs prophètes de malheur qui leur disaient leur quatre vérités) n’auront d’autre ressource que de réduire au silence ceux qui disent la vérité (comme ces scientifiques soviétiques persécutés parce qu’ils validaient l’idée intolérable d’un univers qui va mourir, un univers qui a une commencement (le Big Bang) et qui a donc, nécessairement eu un créateur qui n’est pas de ce monde).

Vous voulez une proposition ? : ouvrez les yeux !
La vérité vous rendra libre !
C’est ce que je vous souhaite.

Champagne

image

Solutions d’avenir

Bonjour @eccolulo , @Mandeleiev ,
Je constate que la discussion se crispe.
Personnellement, je me sens plus proche des positions de @Mandeleiev.

Mon humble avis, c’est qu’il faudra tenter autre chose que tout ce qui a été fait précédemment.
Ne pas chercher la solution ultime tout de suite, mais procéder par étapes successives et apprendre de nos erreurs à chaque fois.

Il y a le problème de l’urgence climatique en toile de fond.

Malgré tout, je pense que nous, citoyens, devons retrouver nos moyens d’action le + vite possible.
L’instauration du R.I.C « en toute matière » est une première étape, tout comme la consolidation (ou la récupération) des contre-pouvoirs. Quand j’écris récupération, je pense en particulier aux merdias qui ont travesti leur mission d’information en devenant des Kapos de l’économie capitaliste tout en affaiblissant le réservoir des idées alternatives.

Vaste programme, autant commencer tout de suite, :slight_smile:

1 J'aime

Désolé @pvincent mais c’est un euphémisme inapproprié.
Pour qu’il y ait crispation, il aurait fallu qu’il y ait discussion.
Il n’y a pas de discussion pour le moment.
@Mandeleiev n’est pas entré dans le discussion, il ne tente aucune réfutation et se contenter de sauver les apparences avec des diversions, des imitations ou des silences.

Mais peu importe la posture évasive de @Mandeliev. Il apprendra à prendre sa place et, donc, à prendre des coups.

Ce qui se donne à voir ici, notamment au travers de l’optimisme dont tu fais preuves au regard de la discussion rationnelle, c’est une illusion, celle qui consiste à croire qu’une convergence de points de vue peut s’opérer rationnellement parce qu’on croit avoir seulement besoin d’un accord entre honnêtes hommes disposés aux conversations « civilisées ».

Or ce n’est pas le cas. Une discussion ne peut converger qu’entre semblables au fond, cad, semblables sur des valeurs communes qui garantissent qu’ils sont bien dans le même monde et qu’ils vont pouvoir, en effet converger au lieu de s’empailler sur des fondamentaux dont ils n’ont pas pris soin de convenir au préalable.

Nous ne changerons pas la société par des discussions entre individus.
Il faut nécessairement des collectifs motivés qui partagent une même foi, sans laquelle il n’y aura pas l’engagement nécessaire et qui ne peut être issue de la discussion. Tout au contraire, elle doit en être à la base.

Donc la question est : en quoi avons-nous foi ? Quelles valeurs communes archifondamentales partageons-nous, sachant que les réponses éculées des culs-bénis FM, ripoublicains et révolutionnaires des derniers siècles ne nous seront d’aucun secours ?

Donc autant éviter d’emblée les platitudes !
L’idée est de se rassembler et pour cela il faut se ressembler.

Communisme, n’est qu’un mot. L’important est la définition qu’il peut véhiculer et visiblement nous n’avons pas la même. Peut-être pourriez vous vous attarder à la définition que j’en ai donné.
En discréditant ce mot, de qui faites vous le jeux?
Ouvrez les yeux !
On parle ici de finance, d’économie, de l’organisation matériel du monde et en ce sens le christianisme me semble fondamentalement communiste (on est loin d’un financement US), donc très compatible.
Si pour se rassembler il faut se ressembler, c’est des moutons qu’il vous faut.

1 J'aime

Non, ce n’est pas qu’un mot. Ce machin a une histoire. Il a notamment son « livre noir »

On ne véhicule pas les définitions mais les significations

Visiblement ? Pour en juger il eût fallu que nous donnions chacun nos définitions. Nous ne l’avons pas fait. Donc vous faites seulement une inférence, et il se pourrait qu’elle soit fausse car il se pourrait que nous ayons la même définition… mais pas les mêmes valeurs.

Je veux bien m’attarder mais pourriez-vous la citer car, à l’évidence, elle m’a échappée

Je me fous des mots, je m’occupe du sens, donc je ne discrédite pas les mots. En l’occurrence, les communistes se sont discrédités tout seuls (cf. le Livre Noir du Communisme) et à mon tour de vous demander : de qui ont-ils fait le jeu ? :wink:

Non, vous vous trompez de sens. C’est le communisme qui a des origines judéo-chrétiennes, pour son malheur et le nôtre. Mais il n’y a aucune affinité entre l’un et l’autre. Au XXe siècle le communisme a martyrisé les Eglises et les croyants autant qu’il a pu.

Non, c’est à vous qu’il faut des moutons, cad, des qui suivent sans comprendre.
Pour ma part, je fais confiance et j’espère en ceux qui sont capables de voir la similitude et même la fraternité au-delà des différences avec lesquelles on entend nous diviser pour mieux régner sur nous. Votre cécité, de QUI fait-elle le jeu ? :wink:

1 J'aime

Sans rentrer dans le débat, j’ai l’impression de lire les dialogues de sourds entre Don Camillo et le maire communiste du village :slight_smile:
image

Je pense qu’à cet endroit il faut revenir au titre de ce fil de discussion « la finance est en roue libre ».
Peut elle ne pas l’être ? Je ne pense pas, c’est son essence : l’accumulation déraisonnées.
Pour théoriser cela, la notion de capitalisme, bien qu’ imparfaite, semble assez descriptive du phénomène.

  • Soit cela vous convient, c’est la marche du monde.
  • Soit cela vous convient, c’est juste de mauvaises personnes qui détiennent les fameux cordons.
  • Soit il faut y opposer une alternative et la nommer, je suis de ceux là.

Les parties communistes.

Et des origines bouddhistes, animistes…et tout ce que vous voulez.
Mon idée du communisme est plutôt qu’il est à l’origine des sociétés, de l’entraide.
La période actuelle, où nous nous égarons dans la surconsommation nous seras fatale ou bénéfique selon notre capacité à renouer avec les fondements qui sont pour moi, se protéger de l’environnement tout en le préservant.

1 J'aime

Bonjour @eccolulo, j’essaye de comprendre ton idée.
Selon toi, la seule porte de sortie, c’est d’attendre Jésus et prier pour atteindre la transcendance ? Dis-moi si j’ai mal compris.

N’est-ce pas une démarche hétéronome ?
Autrement dit, attendre qu’une force extérieure (comme Jésus) vienne nous sauver. Et si tu crois vraiment à cette idée, pourquoi Jésus en particulier et pourquoi pas Mahomet, Shiva, Bouddha ou Brian ?

image

1 J'aime