Konrad Schreiber - Les sols vivants

2 J'aime

Sa position par rapport à la production de viande

Il faut d’abord se demander pourquoi nous produisons de la viande. A l’origine le but était de valoriser

la part incompressible de céréales impropres à la consommation humaine en raison de la présence d’insectes ou de mycotoxines. Une part qui avoisine tout de même 40 % de la production totale de céréales ; la logique veut qu’on continue à produire et à consommer de la viande.

Sa position par rapport au compostage

Le composte industriel est selon lui une catastrophe écologique puisque la fermentation d’une tonne de matière sèche de déchets verts dans un système industriel classique produit 0,8 tonne d’équivalent CO2. Le compost ménager monte à 40° tandis qu’un compost industriel monte en température jusqu’à 80°, ce qui «cuit» la matière organique, qui devient comparable à du charbon difficile à assimiler et pas très utile à la fertilité du sol. Pour l’intervenant, il serait plus simple de ne pas produire ce CO2 et d’étaler les produits frais dans les parcelles.

Sa position par rapport au développement en Afrique

Le développement des pays les moins avancé passe par la réalisation d’infrastructures de stockage des céréales et par le développement d’une agroforesterie capable de faire reculer le désert. Des études par satellite montrent que grâce à l’agroforesterie, le Sahel est en train de reverdir. La reforestation à partir d’acacias a multiplié par trois les rendements des systèmes culturaux au Burkina Faso.

2 J'aime

un autre agronome survolté

encore une vidéo très intéressante sur la maîtrise des ravageurs:

trente ans d’expérience en semi directe: