Jankélévitch : un philosophe très pharisien ?

Ceci pourra ressembler à un billet d’humeur et ce n’est pas complètement faux : la moutarde m’est montée au nez en écoutant la philosophe Cynthia Fleury nous livrer une parole séduisante mais tendancieuse sur France Inter au sujet de Vladimir Jankélévitch.
J’ai senti l’entourloupe qui consiste à prétendre nous parler de philosophie tout en nous inculquant des stéréotypes de la religion juive.
Je veux bien qu’on parle d’icelle mais en pleine lumière.

Bref, voici l’article que j’ai commis sur Agoravox et que je livre tel quel, par son lien. On pourra commenter ici ou là-bas, c’est bien comme vous voulez… :wink:

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/jankelevitch-un-philosophe-tres-242871

1 J'aime

Quelques extraits que j’ai particulièrement trouvés pertinents :

on doit se demander quand a-t-on le plus besoin de prendre une telle posture qui innocente si ce n’est quand on se sent le plus coupable, en grand besoin de se blanchir ?

qui, à l’écoute de la belle déclaration faite par Jankélévitch, aura pu ne pas penser, ne serait-ce qu’un instant, à la situation faite au peuple palestinien ?

ne pourrait-on alors justement penser que Jankélévitch est de mauvaise foi quand il se déclare du parti des faibles et des opprimés tout en détournant le regard du sort des Palestiniens ?

1 J'aime

L’humanisme sélectif de Jankélévitch que tu décris me rappelle l’hypocrisie (ou l’omission volontaire) de Robert Badinter qui déclarait être hostile au nationalisme et/ou aux Etats-nations en omettant de dire que lui-même étant sioniste était un nationaliste pro-israélien.