Hydroxychloroquine + Azithromycine?

Je viens de voir un article de « The American Journal of Medecine » publié le 1er janvier 2021 qui parle entre-autre du traitement Hydroxychloroquine + Azithromycine pour traiter les patients atteints de COVID19. Ils parlent de résultats d’essais randomisés.

L’article complet se trouve ici :
https://www.amjmed.com/article/S0002-9343(20)30673-2/fulltext

Voici un extrait :

Hydroxychloroquine (HCQ) is an antimalarial/anti-inflammatory drug that impairs endosomal transfer of virions within human cells. HCQ is also a zinc ionophore that conveys zinc intracellularly to block the SARS-CoV-2 RNA-dependent RNA polymerase, which is the core enzyme of the virus replication.

The currently completed retrospective studies and randomized trials have generally shown these findings: 1) when started late in the hospital course and for short durations of time, antimalarials appear to be ineffective, 2) when started earlier in the hospital course, for progressively longer durations and in outpatients, antimalarials may reduce the progression of disease, prevent hospitalization, and are associated with reduced mortality.
In a retrospective inpatient study of 2541 patients hospitalized with COVID-19, therapy associated with an adjusted reduction in mortality was HCQ alone (hazard ratio [HR] = 0.34, 95% confidence interval [CI] 0.25-0.46, P <0.001) and HCQ with azithromycin (HR = 0.29, 95% CI 0.22-0.40, P <0.001).

Pour résumé, ce traitement serait efficace si il est pris tôt.

Ça ne vous rappelle pas ce que disait un certain professeur depuis le début de l’épidémie ?

2 J'aime

Carrément, ça rappelle le professeur Raoult. Et si je comprends bien, il s’agit du fameux protocole ECR (essais contrôlés randomisés) qui, selon les détracteurs de Raoult, est l’élement manquant permettant de valider sa thèse.

Bref, peut-être un coup de théâtre !
Mais bon, je préfère laisser aux spécialistes l’art de décrypter la réelle portée de cette étude et si elle sert ou dessert l’autorité de Raoult.
À suivre, dans le prochain épisode…

À titre personnel, je trouve que c’est plutôt sain de travailler à soigner les conséquences de cette nouvelle maladie. Je préfère cela plutôt qu’espérer LA solution miracle à base de vaccin conçu avec de la technologie ultra-moderne, mis au point et validé dans des conditions d’urgence.

C’est surtout la propagande merdiatique sans précédent, vantant l’absolue efficacité du vaccin, garantie sans effet secondaire qui me laisse perplexe. Toute contradiction est désormais soigneusement éliminée du champ merdiatique :shushing_face:

1 J'aime

Je ne sais pas quand et si les responsables politiques des gouvernements qui s’alignent sur les mêmes recommandations des conseils experts « dans la matière » - je crois qu’en utilisant pas des mots comme « pandémie », « maladie », on peut éviter certaines erreurs ou certaines impasses -, seront prêt à faire marche arrière en reconnaissant des erreurs.

D’ailleurs où en sont actuellement en France les médecins dans leur libre exercice de prescription ?

Probablement peu de maladies (sévères), généralement plutôt une « grippe ». Si je ne me trompe, Il semble aussi que dans les cas sévères, SI la détection et le traitement adéquate - interdit ? - ont lieu tôt, dans ce cas, on peut rapidement remettre sur pied ce type de malade.

Oui, c’est du tout politiquement correcte, style langage épuré.
Je crains que le format des actualités télévisuelles perde petit à petit de son audience et de sa crédibilité. Il ne reste plus que les médias indépendants, ou comme pour les radios, celles de forme associatives.

1 J'aime

Un article intéressant à lire sur Avox

C’est relatif aux statistiques du nombre de morts du au Covid. Selon l’auteur, qui étaye bien son propos et sa méthode didactique, il y aurait une corrélation avec un phénomène dit « de moisson ». Cela nécessite quelques années de recul pour comprendre le phénomène.

Bien entendu, dans l’état d’urgence et de paranoïa merdiatique ambiante, ce genre d’information, à considérer sur le moyen terme, n’est pas approprié. Cependant, je pense que c’est un argument qui ne doit pas être occulté d’un simple revers de main => l’effet moisson.

Au lecteur de se faire sa propre opinion…

1 J'aime

il est très difficile voir interdit a l’heure actuel pour un généraliste de prescrire un traitement précoce, les malades du covid si ils ont de complications respiratoire finissent en réa, les problèmes d’odorat ne sont pas pris en charge, c’est comme ça que cela se passe a la réunion encore aujourd’hui

Les études rétrospectives et les essais randomisés actuellement achevés ont généralement montré ces résultats: 1) lorsqu’ils sont commencés tard dans le cours hospitalier et pour de courtes durées de temps, les antipaludiques semblent inefficaces, 2) lorsqu’ils sont commencés plus tôt dans le cours hospitalier, pour des durées progressivement plus longues et en ambulatoire, les antipaludiques peuvent réduire la progression de la maladie, prévenir l’hospitalisation et sont associés à une mortalité réduite.Les études rétrospectives et les essais randomisés actuellement achevés ont généralement montré ces résultats: 1) lorsqu’ils sont commencés tard dans le cours hospitalier et pour de courtes durées de temps, les antipaludiques semblent inefficaces, 2) lorsqu’ils sont commencés plus tôt dans le cours hospitalier, pour des durées progressivement plus longues et en ambulatoire, les antipaludiques peuvent réduire la progression de la maladie, prévenir l’hospitalisation et sont associés à une mortalité réduite.
Dans une étude rétrospective en milieu hospitalier portant sur 2541 patients hospitalisés pour COVID-19, le traitement associé à une réduction ajustée de la mortalité était HCQ seul (hazard ratio [HR] = 0,34, intervalle de confiance à 95% [IC] 0,25-0,46, p <0,001) et HCQ avec azithromycine (HR = 0,29, IC à 95% 0,22-0,40, P <0,001).
Merci Google trad

La seul façon d’avoir un traitement précoce si un de vos proche ou vous mème est attend est de simuler une attaque de poux et de prendre de la vitamine C et D
L’ivermectine est franchement pas des pires médicament, j’en est pris de retour de vacances sans aucun effet indésirable.
Demander a votre médecin si jamais vous en avez besoin, dans la discrétion…