Et si on s'inspirait du modèle économique du Moyen-Age?

Voici un article simple et excellent dans la description des grands principes de l’économie au Moyen-Age. C’était une économie non de la quantité mais de la qualité, de l’intérêt publique, de la réciprocité, de la solidarité, du serment et du sacré. Bref, tout ce qui manque à notre modernité psychopathe à force d’individualisme…

1 J'aime

Il est fort utile de rappeler des faits historiques non-revus et corrigés par les « révisionnistes » maçonniques.

Une fois les deux versions exposées (« pro-catholique » vs « pro-maçonnique » ou encore « pro-Ancien régime » vs « pro-régime représentatif »), à chacun de se faire son opinion, libre et éclairée.

J’ai noté que Valérie Bugault s’est inspirée des corporations d’Ancien régime pour sa proposition de réforme des institutions (cf. Révoludroit : https://revoludroit.fr/)

1 J'aime

Je viens d’en finir la lecture. L’organisation sociale s’appuyait beaucoup sur la communauté d’intérêt, autour de terres cultivables communes, dans une économie « du don et du contre-don », sorte de crédit ou d’engagements réciproques, en réaction à une « famine monétaire ».

J’y retrouve bien entendu des valeurs défendues par l’anarcho-communisme, la gestion des communs, le zapatisme du Chiapas dont nous avons parlé dans le fil de discussion Misère de l'anarchisme ! et cela m’évoque aussi les collectivités libres dont parle Cornelius Castoriadis dans cette vidéo :

Source : Le réveil des peuples et la fin du capitalisme ! Cornelius Castoriadis - YouTube

1 J'aime

Je ne réagis qu’a minima parce que je ne souhaite pas repartir dans les thématiques de notre longue discussion sur l’anarchisme mais disons que la question de la confiance, du serment, de la parole donnée a été déterminante au Moyen-Age et que cela n’a pu fonctionner comme ça en raison de la croyance partagée, la foi commune qui assurait chacun que l’autre avait un intérêt transcendantal à ne pas être menteur. Peut-on en faire l’économie si je puis dire ? Je ne peux pas être catégorique mais disons que j’ai des doutes quand on voit le niveau d’escroquerie qu’atteint le capitalisme actuellement.

1 J'aime

Castoriadis est un auteur que j’apprécie. Il est intelligent, ses analyses aussi.

Je pense que tu as raison. C’est un ciment pour la communauté.

1 J'aime