Dissonance cognitive et « vaccins » ARNm

La notion de « dissonance cognitive » est très large, immense même car on peut la définir très simplement comme un état… :

  1. causé par deux représentations discordantes
  2. amenant un sentiment d’inconfort psychologique
  3. qui motive le sujet pour réduire la discordance initiale

En général le grand public n’entend parler que des points 1 et 2. La plupart des journaleux qui utilisent cette notion sont, en effet, incapables de comprendre ce qui se joue au point 3 et tellement incapables de prendre conscience de cette incapacité (le premier pas pour se disposer à apprendre) qu’ils font comme si cet aspect n’existait pas. Or, cette attitude est justement une parfaite illustration de ce qu’est la dissonance cognitive, à savoir, ajuster ses représentations afin d’instaurer, préserver ou restaurer une confortable congruence entre elles.

Ainsi, ça commence souvent par le fameux « je ne veux pas savoir ! » qui, étant un refus d’intégrer des représentations possiblement discordantes avec ses convictions, permet de garder l’esprit tranquille dès lors qu’on peut se satisfaire de laisser à d’autres le soin de régler les problèmes. Les éducateurs (parents, enseignants) n’ont souvent aucune difficulté à répondre cela aux enfants dont ils ont la charge, ce qui traduit l’absence d’une représentation claire de leurs responsabilités. Pas de représentation, pas de dissonance, pas d’inconfort. Voilà la logique royale de la bêtise humaine.

Quoi qu’il en soit, la chose essentielle à comprendre dans le phénomène de dissonance cognitive c’est que c’est toujours la représentation la plus faible qui fait le chemin pour se rapprocher de la plus forte. Et comme de manière générale « les faits sont têtus », c’est l’idée qu’on s’en fait qui va évoluer plutôt que le fait lui-même.

Par exemple, le renard de la fable, qui désire les belles grappes de raisin mais ne peut les atteindre, se raconte après coup qu’elles étaient vertes. La représentation forte c’est le fait têtu de l’incapacité à mordre dedans, la représentation faible car mobile ou, plutôt, labile, c’est la perception que le renard se fait des raisins : il lui semble a posteriori qu’ils sont verts et donc, finalement, pas très désirables, de sorte que l’impossibilité de les consommer n’est pas une perte douloureuse.

Lorsque j’étais encore étudiant en psychologie et que j’allais au restaurant universitaire, j’ai pu assister en direct à une scène semblable lorsqu’une belle fille est entrée dans la salle. Un de mes compagnons de tablée en était tout excité et ne tarissait pas d’éloges pour signifier le caractère hautement désirable de cette belle personne mais après que sa tentative pour entrer en contact avec elle se soit avérée vaine, il s’est empressé de lui trouver tous les défauts possibles et imaginables, de manière à réduire autant que possible l’inconfort de la frustration, c’est-à-dire, la distance entre le fait de « non consommation » de l’objet du désir et la perception de cet objet jugé finalement peu désirable.

Tout ça pour en venir à un constat psychologique absolument terrible : comme tout cela s’opère à l’insu de notre plein gré, nous sommes aisément manipulables par les tactiques de dissonances cognitives que le pouvoir serait susceptible d’utiliser pour nous amener à nous conformer à ses directives.

La dictature sanitaire mondiale actuellement En Marche vers la vaccination‑généralisée-et-perpétuelle-jusqu’à-ce-que-mort-s’ensuive en constitue un exemple remarquable. Constatons en effet que c’est via la menace assez légère d’une privation d’accès aux lieux de loisirs que les autorités ont obtenu de la population qu’elle se fasse vacciner. Comme il est idiot de mettre sa vie en danger plutôt que son petit confort de consommateur hédoniste, il y a un risque de dissonance cognitive. Par conséquent, les vaccinés vont se précipiter pour se trouver de bonnes raisons de s’être fait vacciner et ce sera justement les bonnes raisons grâce auxquelles le pouvoir pourra ensuite les vacciner ad libitum. Autrement dit, il y a fait accompli : celui de l’inoculation de masse d’un sérum expérimental ARNm en dépit d’effets secondaires et d’une mortalité à des niveaux jamais constatés auparavant. Ceci veut dire que la dictature sanitaire est d’ores et déjà en place. Elle a gagné. La résistance se fera contre la foule et il faut savoir qu’on n’a jamais raison contre la foule.

Bref, au bout du compte, ou plutôt au fond du pot aux roses, on trouve cette grande loi de la psychologie selon laquelle l’homme est souvent incapable de suivre les bonnes raisons qu’il a de faire ceci ou cela alors que, par contre, il sait trouver toutes les bonnes raisons justifiant pourquoi il a fait ceci ou cela. Aristote s’est trompé en présentant l’Homme comme un animal rationnel au sens de guidé par sa raison. Comme l’a si bien dit Pascal, « la raison est la dupe du cœur » et l’Homme n’est finalement qu’un animal rationalisant : il rationalise au sens psychanalytique du terme, c’est-à-dire, qu’il excelle à trouver les bonnes raisons justifiant ses actes. Il excelle donc à se donner l’apparence de la perfection, à sembler impeccable ou se faire innocent. Mais c’est déjà une autre histoire et ce n’est pas le moment de s’y engager ; j’y reviendrai.

3 J'aime

Ainsi donc, l’être humain agit d’abord, poussé par des instincts, des pulsions, des émotions, et seulement ensuite active sa raison pour justifier ses actes. Ai-je bien compris ?

Est-ce tout le temps le cas ou le contexte anxiogène est-il nécessaire pour provoquer ce comportement instinctif/irraisonné ?

Le timing dépend des individus. Plus quelqu’un est soucieux de son image, donc soucieux de pouvoir se justifier, plus il aura tendance à se trouver des bonnes raisons justifiant son action avant même d’agir, pas forcément après (des bonnes raisons pour faire exception aux principes généraux qu’il aura proclamé avant à l’adresse de tous ; c’est le fameux « faites ce que je dis, pas ce que je fais » des hypocrites).

1 J'aime

N’y a-t-il pas des exceptions où le raisonnement devance les actions ?
Par exemple :

  • n’est-ce pas l’un des objectifs de la philosophie ?
  • ou de façon intéressée, pour accroître leur pouvoir, n’est-ce pas également le modus operandi des francs-maçons (ou des comploteurs en général) : décider en loges puis passer à l’action discrète ?

Bien sûr, la raison et l’action sont dans un cycle. Tu le commences où tu veux !

Pour rester dans le sujet, une pensée de… Stephen King !

« 95% d’inertes », écrit-il ! Waouh …
Je crois que Stephen King est compatible avec l’objectif eugéniste visant à réduire la population de presque 8 milliards de nos jours jusqu’au-dessous du seuil de 500 millions, tel que gravé sur les Pierres Guides de Géorgie (Georgia Guidestones).

Je me demande s’il se considère comme faisant partie des « assholes » (connards, trous du cul) ou des 3% qui font ce qu’ils disent.

1 J'aime

Je n’avais pas vu les choses sous cet angle là mais tu as raison, on peut se poser la question ! :wink:

Bon, il a écrit « inertes » ce qui est moins méprisant que « inutiles » ou « nuisibles » (dixit Yoval Noah Harari et son disciple Laurent Alexandre) … mais quand même !

Inertes n’est pas méprisant en soi. C’est assez objectif non ? :wink:

Je dirais qu’ils s’intéressent à des sujets qui ne m’intéressent pas personnellement (ou, dit autrement, que je ne trouve pas importants.).

Subjectivement, je dirais que leurs centres d’intérêt sont futiles, secondaires, etc., ce qui est déjà un peu péjoratif.

Désolé, je ne suis pas sûr de comprendre : « Ils » qui ? Les « inertes » ?

Oui, oui, les « inertes », le groupe le plus majoritaire.

Par inertes, Stephen King signifie qu’ils sont surtout conformistes. Le conformisme est par définition l’imitation la plus partagée…

Ca me fait penser à ce que Youtube vient de me suggérer, où le gars oppose 2,3% de « haut potentiel » aux autres (ce serait intéressant de savoir quelle proportion se reconnait comme HP…).

C’est une interprétation possible.
On peut toutefois être conformiste et bouger (avec le troupeau).
Il faudrait trouver d’autres citations de Stephen King sur le sujet pour trancher.

Je crois que cela correspond aux extrêmes sur une courbe de Gauss : 2,5% d’un côté, 2,5% de l’autre, et 95% au milieu.

Et puis « potentiel » n’est pas encore réalisé.

Il y a des HPI (hauts potentiels intellectuels), des HPE (hauts potentiels émotionnels), et des surtout des revers à la médaille (comme l’indique le titre de la vidéo). Des HP souffrent de la différence, ont des difficultés dans certains domaines, relationnels notamment, des déséquilibres dans leurs compétences intellectuelles, etc.

Sans doute qu’@eccolulo , de part son parcours de psychologue scolaire, et de psychologue plus généralement, a rencontré des enfants et des adolescents avec le profil atypique du HP.