Déploiement du compteur LINKY (compteur letchi, manioc, etc) dans l'île

Une personne m’a signalé que l’opération de déploiement des compteurs Linky (probablement rebâptisé spécialement pour les réunionnais, compteur manioc, compteur letchi ou encore d’autres appellations ne suscitant pas la méfiance que connaît le compteur LINKY en métropole), aurait commencé dans l’île, avec comme 1er objectif, 200.000 installations à atteindre.

Je suppose que l’opération a commencé là où la population est la moins bien informée, dans des zones reculées par exemple.

:safety_vest: Ca serait bien d’en parler autour de nous et d’informer la population. Une action gilet jaune ou la mise sur pied d’un collectif citoyen ? Qu’en pensez-vous ? :safety_vest:

Je laisse quelques ressources que j’ai trouvées à ce sujet :

  1. Collectif Anti-LINKY
  2. Bibliothèque de documents - STOP LINKY, non merci !
  3. http://Compte Rendu de la réunion d’un Conseil municipal datant d’avril 2016

J’extrais ici la partie du compte rendu d’un conseil municipal (cf. lien ci dessus) faisant référence aux nuisances du LINKY :

INSTALLATION DES COMPTEURS D’ELECTRICITE “LINKY”
Madame le Maire informe le Conseil Municipal qu’il a été saisi au sujet des compteurs communicants d’électricité “LINKY” que la société ERDF, filiale d’EDF, met progressivement en place sur le territoire français.Ces compteurs transmettent des informations et reçoivent des ordres à distances. Ils utilisent la technologie des courants porteurs en ligne (CPL) afin de communiquer avec les appareils domestiques pour en relever la consommation. Les courants porteurs sont des radio-fréquences introduites dans le courant, qui en l’absence de câbles électriques blindés fragilisent le réseau domestique.Les radiofréquences émises par le compteur “LINKY” sont classées cancérigènes possibles par le Centre International de recherche sur le cancer.Il existe d’autres risques avec ces nouveaux compteurs qui ne sont pas à négliger :- augmentation des factures,- pannes à répétition sur les matériels informatiques,- piratage des compteurs communicants pouvant entraîner des problèmes d’espionnage et de cyber-terrorisme - violation de la vie privée et des libertés individuelles.D’autre part, les compteurs actuels fonctionnent correctement et il est déjà possible de signaler au fournisseur par téléphone ou par web sa consommation réelle afin d’éviter les surfacturations liées à une mauvaise estimation.Ces compteurs signifient également la disparition des relevés de compteurs et induisent donc des suppressions de postes qui fragilisent les liens de proximité avec le public. Enfin, il est à noter que les collectivités sont propriétaires des réseaux d’ouvrage électriques dont les compteurs font partie. La commune délègue, par concession, la gestion à ERDF. Au vu de toutes ces raisons et afin de respecter le principe de précaution, dans l’attente de résultats plus complets sur les dangers et risques liés à ces nouveaux compteurs, il est proposé au Conseil Municipal, en tant que propriétaire, de refuser l’installation des compteurs "LINKY. Après en avoir délibéré et à l’unanimité, le Conseil Municipal

  • REFUSE l’installation des compteurs d’électricité LINKY,
  • DECIDE que les compteurs d’électricité d’AUGNAT, propriété de la commune, ne seront pas remplacés par des compteurs communicants, et qu’aucun système relevant de la télé-phonie mobile (GPRS ou autre) ne sera installé sur ou dans les transformateurs et postes de distribution propriété de la commune.
  • DEMANDE au Syndicat Département d’Énergie Électrique d’intervenir immédiatement auprès d’ERDF pour lui signifier que les compteurs communicants ne doivent pas être ins-tallés à AUGNAT.

Bon, au lieu de proposer une opposition frontale et usante contre le système, je vais une fois de plus proposer de “faire du judo” avec “l’ennemi”…

Donc, le but de chaque personne voulant s’opposer frontalement au déployement du Linky, Letchi, Manioc, Bibasse, Rougail saucisse ou autres, c’est de dire NON.

Mais qu’est-ce que ce “non” implique ? Il implique que les gens ne veulent pas d’un système aussi abusif mais qu’ils veulent bien un système moins abusif (le système actuel) qui reste quand même un système problématique sur plusieurs aspects car il est :

  • Onéreux
  • Anti-écologique
  • Poussant à la consommation par le désir incessant de confort

Les bases sont donc posées. Passons maintenant à la partie “art martial” évoqué plus haut.

Il y a des gens qui peuvent se foutre pas mal du linky pour diverses raisons car :

  • Ils utilisent d’autres sources d’énergie comme les éoliennes par exemple (ce n’est qu’un exemple parmi d’autres)

  • Ils ont une volonté de vivre moins en “consommateur / vache à lait” et donc utilisent moins d’appareils électriques

Pour info, pour ce qui est des éoliennes, il y a un gars à La Réunion qui avait développé une éolienne domestique résistante aux vents forts car plus il y a de vent et plus les pales se referment pour que la prise au vent n’arrache pas le dispositif si ça souffle trop fort.

Je ne connais plus le nom de son concept et je fais appel à toute personne connaissant le système en question pour qu’il le communique ici même.

L’état et les multinationales nous font bien souffrir mais une partie de cette souffrance est causée par des actions ou des “non-actions” que nous nous infligeons à nous-mêmes par paresse ou ignorance.

Comme le disait un grand penseur : “L’être humain veut réduire son malheur alors qu’il pourrait construire son bonheur”.

A bons entendeurs. :wink:

@steve Merci pour avoir pris le temps de partager ton point de vue, ca fait réfléchir ; tout à l’heure je m’étais dit qu’il fallait que j’aille méditer quelque temps sur ta réponse :sunglasses:.

Si je suis ton idée, finalement on peut voir le côté positif et se dire qu’on peut construire son bonheur en devenant moins dépendant du système consumériste. Je pense aussi que cette direction est la bonne… Mais dans ce cas, on évolurait chacun à travers des solutions individuelles ou de repli à petite échelle (dans des communautés par ex), et finalement on céderait complètement le champs politiques aux élus et gens de pouvoir. Je pense que si un Conseil municipal s’est opposé au Linky, c’est probablement dû à l’action citoyenne, et du coup la mairie s’est comportée de manière exemplaire.

Je suis d’accord sinon que la bonne direction où aller est celle de la sobriété, à l’échelle individuelle et collective, voire même communale… et on ira de toute façon, à plus ou moins long terme, qu’il y ait des résistances ou non. Si les communes étaient d’accord pour accompagner le mouvement vers la sobriété, tu ne crois pas qu’on irait alors encore plus vite, collectivement, dans cette direction ?

C’est une discussion intéressante parce que d’un simple sujet qui nous proposait de nous informer sur un truc négatif, nous nous employons à ouvrir le débat et à explorer les multiples dimensions qui en découlent.

Je n’ai pas LA solution universelle, c’est simplement MA solution qui pourrait peut-être convenir à certains et peut-être moins à d’autres suivant leur situation.

Simplement, je trouvais que juste s’insurger contre le Linky (ce qui est compréhensible) sans poser une réflexion concernant le fond du problème faisait en sorte de rendre la chose très “superficielle”.

Dès lors, le Linky, point de départ de la discussion est un sujet important, mais d’autres sujets comme “qui sommes-nous” ou “de quoi avons-nous réellement besoin” sont des choses qui, une fois définies personnellement avec plus ou moins de précision, peuvent grandement éclairer nos choix et nos actes, que ce soit à propos du Linky ou de n’importe quel autre sujet.

Ce serait encore mieux, et au final, si des solutions étaient amenées de plusieurs sources, qu’elles soient individuelles, communales ou autres, nous évoluerions 1000 fois plus vite. Mais en attendant, je me refuse à croire que les solutions ne seraient uniquement QUE politiques. C’est un tout. Ces sujets ont plusieurs facettes qu’il faut appréhender de la manière la plus complète possible.

Complètement d’accord avec toi @steve, le changement ne pourra advenir uniquement par l’action politique (par le haut) ; je pense qu’il viendra bien davantage depuis les initiatives individuelles, collectives ou citoyennes ; bref depuis l’action de terrain. La base, citoyenne, n’est pas déconnectée des réalités, et elle aura son mot à dire sur les questions politiques.

Je partage donc ton point de vue ; sauf que je me dis que l’action politique peut accéler le changement.

Une question intéressante sinon : quel a été le point de départ du mouvement des 15M (indignados), de la révolution tunisienne, des gilets jaunes ? A chaque fois c’était juste une goutte d’eau, donc pas grand chose. Mais à chaque fois, il y a eu changement de conscience collective, comme avec les gilets jaunes.

1 J'aime

Et ma conclusion dans tout ça, c’est qu’une fois que les gens prennent conscience que non seulement, il y a des solutions mais qu’en plus elles sont multiples, ça augmente la confiance dans l’issue positive de la situation.

Ce qui veut donc dire que rien n’est inébranlable et que le pot de terre a de réelles chances de gagner, mais pour ça, il faut agir, et le faire en pleine conscience.

Ah oui, j’oubliais… Dans les solutions dites “alternatives” (je n’aime pas ce mot mais bon), il y a de quoi faire. On peut facilement trouver du contenu un peu partout sur le web qui permet de se passer au moins en partie des technologies onéreuses et destructrices de la nature.

Pour ma part, je connais un site web génial qui parle des technologies “low tech”, c’est le lowtechlab.org

Il y a de quoi passer quelques heures d’apprentissage sur ce site.

Amusez-vous bien. :wink: