DeepL Translate

Quelques captures d’écran de la réception par la presse :

Je connais des profs d’anglais qui plébiscitent également cet outil.
Il semble très efficace.

Quant à moi, je continue d’utiliser le tout gentil GoldenDict, un logiciel libre disponible sur toutes les bonnes distributions GNU/Linux. Comment ça, vous n’utilisez pas encore GNU/Linux ? Précipitez-vous et allez consulter le site Libre.re pour connaître la date de la prochaine instalali gratuite… (sorte de réclame déguisée)

C’est très bien Goldendict, surtout pour une utilisation classique de traduction du mot à mot. Pour traduire des textes entiers automatiquement et rapidement, comme les transcripts, documents, rapports, etc, les logiciels plus intelligents sont nécessaires. Sinon on peut toujours le faire à la main avec Goldendict mais de manière collective en utilisant un framapad (un pad), c’est ce que fait framasoft, et c’est assez efficace également.

Je ne sais pas si l’équipe derrière deepl.com a publié son logiciel en licence libre. Un autre avantage de ce type de logiciel c’est qu’il est multilingue et permet de traduire d’une langue à l’autre automatiquement (intéressant dans le cas des textes longs je trouve).

En général, c’est la première question à se poser.

Si tel n’est pas le cas, alors il ne faut surtout pas s’accoutumer à ce genre d’outil car il manque de convivialité. cf. Illan Ivich

L’outil juste répond à trois exigences :

  1. il est générateur d’efficience sans dégrader l’autonomie personnelle,
  2. il ne suscite ni esclaves ni maîtres,
  3. il élargit le rayon d’action personnel.